Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
LA DESTINÉE, LA MORT ET MOI, COMMENT J’AI CONJURÉ LE SORT de SG BROWNE :

S.G Brown est connu pour ses comédies satiriques aux titres délicieusement évocateurs : “Comment j’ai cuisiné mon père, ma mère et retrouvé l’amour” ou encore “Le jour  où les zombies ont dévoré le Père Noël”.  On comprend immédiatement que l’on ne va pas s’ennuyer  et la publication de “La Destinée, la Mort et moi, comment j’ai conjuré le sort” annonce un programme  aussi caustique  et roboratif que ses prédécesseurs.

   Comme l’explique Sergio, le personnage principal du roman,  un quart de million d’individus viennent au monde chaque jour, ce qui fait 8750 nouveaux terriens par heure, soit 146 par minute  ou encore 2, 4 par seconde.  C’est beaucoup de travail pour celui qui doit attribuer un sort à chaque nouveau venu et c’est justement Sergio qui s’occupe de cette tache épuisante.  Mais la division du travail est parfois très injuste  car  Sergio s’occupe exclusivement de ceux qui auront une vie bien ordinaire, les créatures prévisibles,  conditionnées par l’habitude, empêtrées dans des routines, des modes de vie prédéfinis, des accoutumances, quand elles ne passent pas leur temps à troquer une addiction pour une autre.  Sa collaboratrice Destinée a des raison de trouver sa mission plus épanouissante. Elle doit, en effet guider les grands hommes vers la consécration, un prix Nobel ou un Oscar.  Et pour ne rien arranger Sergio tombe amoureux de sa voisine, une mortelle qui ne relève pas de ses compétences car son destin est éminemment glorieux.  S’ajoute à cette première difficulté une seconde, Sergio viole la règle numéro 1 : pas d’ingérence, mais aussi  une dizaine d’autres qui constituent  le code déontologique de ceux qui s’occupent des destinées humaines.   Comme sur l’Olympe il va déclencher les foudres de son supérieur et se voir appliquer une peine  sacrément imaginative…

   La Destinée, la Mort et moi, comment j’ai conjuré le sort”  est un roman jubilatoire, drôle  et plein d’esprit.  S.G. Browne est au sommet de son art.  Il nous entraîne au fond de l’éternité, celle là même où se décide le sort de ceux qui devront affronter les turpitudes de l’existence ou côtoyer les sommets de la gloire.  Une oeuvre profondément réjouissante où l’imagination et l’humour  se disputent la palme de l’inspiration. 

Archibald PLOOM

CULTURE-CHRONIQUE.COM encourage ses lecteurs à se rendre en librairie  afin de soutenir le réseau des librairies françaises. Vous pouvez aussi cliquer sur le logo "Lalibrairie.com", votre commande sera alors envoyée chez le libraire de votre choix. Enfin, hormis "Amazon", la plupart des librairies en ligne que nous vous proposons sont aussi des librairies de centre-ville que nous vous encourageons à découvrir. La santé du livre dépend de la santé des librairies. 

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter     

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :