Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
LES NOCES MACABRES de Jean François COATMEUR :

       Difficile de ne pas être rattrapé par son passé quand celui ci est sulfureux. C'est la mésaventure que vont vivre quatre bons copains, devenus des notables  rangés.  En  cette année 2012, un drame survenu en 1987, et visiblement étouffé, refait surface de façon inattendue.

       Alain Venoret est admis aux urgences d'un hôpital d'île de France dans lequel travaille Christelle, une jeune infirmière surnommée Chris. L'état du blessé est inquiétant mais il ne provoque pas d'émoi particulier auprès du personnel hospitalier, habitué à ces catastrophes à répétition. Le patient est un chirurgien français  exerçant en Suisse . Etrange coïncidence, il est originaire d'une petite ville près de Brest, celle où a vécu aussi Nanou,  la mère de Chris. Tout naturellement Chris la questionne pour savoir si elle  connaît ce médecin car dans ces petites villes de province, vivre de façon anonyme est bien illusoire. La réaction de sa mère est troublante, elle décide donc d'en savoir davantage.

       Mais pourquoi, quelques mois plus tard,  alors que Chris partageait paisiblement sa vie  avec Pascal,  décide t-elle  brutalement de le quitter pour épouser Alain Vénoret aujourd'hui lourdement handicapé ? Pascal est abattu mais pas vaincu. Il va tout mettre en œuvre pour essayer de reconquérir sa dulcinée  et comprendre ce qui l'a incité à partir. Les réponses qu'il va réussir à obtenir ne vont pas manquer de le surprendre. Dans le même temps, les trois autres amis du chirurgien vont recevoir des appels téléphoniques pour le moins déstabilisant, mais quelle est donc la teneur de ces entretiens?

Jean François Coatmeur, avec "Les noces macabres", nous propose un thriller étonnant. Cette impression de connaître rapidement la fin de l'histoire sans en avoir la certitude incite à la lecture rapide pour assouvir sa curiosité. C'est effectivement sombre et peu moral mais ni  pesant ni angoissant , pas de crainte pour les lecteurs sensibles, la répugnance éprouvée pour certains personnages n'empêchera pas d'aller au bout de sa lecture.

Sylvie LAVAINE

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter     

 

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE

 

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :