Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
HOTEL COTTON HOUSE, BARCELONE :

     Aujourd’hui escale à Barcelone,  ville qui offre l’un des  meilleurs compromis entre les avantages d’une grande  métropole et le  farniente en bord de mer. Pour ma part je me suis offert une petite promenade en passant par le Parc Guel, la Casa Balltó, le quartier gothique et, évidemment, la Sagrada  Familia … Je finis mon périple sur les Ramblas où j’en  profite pour m’accorder  un délicieux jus de fruit frais bien mérité.

En m'échappant de l’activité des Ramblas,  je découvre l’hôtel « Cotton House ». Légèrement retiré du cœur bouillant de Barcelone, l’édifice se fond dans le décor mais cache en son cœur un véritable havre de paix dans une ville qui ne s’endort jamais vraiment.  

Le « Cotton House » – situé à une vingtaine de minutes de l’aéroport - ne sort pas de l’imagination débridée d’un architecte  mégalomane. Il possède une véritable histoire puisqu’il s’élève sur l’ancien siège de la « Fondation Textile Cotonnière », un bâtiment emblématique du XIXe siècle de style moderniste, et qui reste  une référence architecturale de la ville de Barcelone. Il fut vendu vers la moitié du XXe siècle à la Guilde des Cotonniers.  Cet établissement  connaît actuellement une prestigieuse seconde vie puisque l’ancienne usine à coton  s’est reconverti en un superbe palace.

   L’hôtel possède un design très épuré, qui offre un juste mélange entre le vintage et la modernité. On est immédiatement plongé dans un espace intemporel dont l'effet est accentué par le contraste entre les lumières naturelles et les patines du lieu.  La décoration trouve son inspiration autour d’une célébration du coton à travers tout le jeu chromatique de cette plante : le blanc, le noir, la couleur sépia et tout ce que le coton évoque de douceur, de délicatesse et  de naturel, matérialisés dans des tissus et des textures de la plus belle qualité.

L’ensemble justement dosé crée un bel équilibre où se conjuguent tons harmonieux et lumières apaisantes. Des éléments originaux du bâtiment ont été conservés, tels que l’imposant escalier en marbre, les délicats parquets et boiseries qui décorent les plafonds, les planchers et carrelages ainsi que les murs de quelques salles.  Les concepteurs du « Cotton House » ont su conserver la juste touche de classicisme  qu’ils ont associé  à la modernité d’une architecture et d’un mobilier qui célèbrent  la lumière  et  l’élégance.  

 C’est en prenant place derrière le bar que je me suis rendu compte que les lieux m’évoquaient la série « Madmen ». Il n’y aurait rien d’anachronique à ce que Don Draper vienne s'asseoir à mes côtés et commande un Old Fashioned.

       L’ensemble, spacieux, ne compte pas moins  de  83 chambres toutes  conçues avec un soin du détail  - le luxe se cache toujours dans les détails - tourné vers  le confort de leurs hôtes : draps en coton d’Égypte mercerisé 300 fils,  serviettes de bain 600 grammes, des peignoirs et des pantoufles nid d’abeilles,  des produits cosmétiques de la prestigieuse marque Ortigia, fabriqués avec des matières 100% naturelles de la région méditerranéenne. Aucun détail n’est négligé afin d’offrir un service irréprochable mais conservant un lien profond avec le passé du lieu.

Pour ma part j’ai eu la chance de séjourner dans la suite Vichy où j’ai apprécié la blancheur immaculée du lieu qui conjugue épure des lignes et simplicité d’un luxe discret mais toujours élégant.  La suite a deux accès indépendants, un à partir du cinquième étage, où se trouvent le salon principal, la chambre à coucher et la salle de bain ; et un autre à partir du sixième étage, d’où l’on accède au deuxième living et à la terrasse de vingt cinq mètres carré disposant d’une douche extérieure.  Ce deuxième living  s’ouvre  sur un accès direct à la terrasse de l’hôtel où vous attend une piscine surplombant  le quartier. Vous aurez même tout le loisir de commander un cocktail avant d’aller dîner.  A noter que certaines suites permettent de voir la mer.

   Le « Cotton House » est un écrin qui réunit tous les atouts d’un cinq étoiles, tout en préservant le génie de l’architecture catalane.  J’ai particulièrement apprécié  cet hôtel qui évoque un passé prestigieux  que  les créateurs  ont su inscrire dans  une Barcelone contemporaine. Le « Cotton House »  est le gage d’un séjour dont on gardera un souvenir  émerveillé. 

EDDANDY

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter     

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :