Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
LES REGLES D’USAGES de Joyce MAYNARD :

     Le 11 septembre a marqué de son empreinte la vie des New Yorkais mais a aussi considérablement influencé les écrivains américains. On pense à Dan Dellilo ou encore à Jonathan Safran Foer qui nous ont proposé des romans hantés par la conflagration de cet événement.  Joyce Maynard  avec “Les règles d’usage” fait, elle aussi,  démarrer  l’action de son récit le 11 septembre 2001.

   Pour Wendy, treize ans, qui vit avec sa mère, son beau père et son petit frère à Brooklyn c’est une journée comme les autres du moins au début.  Mais après les attaques terroristes sa mère ne revient pas.  “Ils ne savaient pas grand chose. Seulement qu’un avion s’était écrasé contre une des tours du World Trade Center. La tour de sa mère.  Dans la salle de classe, les élèves avaient pour consigne de rester assis à leur bureau jusqu’à ce qu’on vienne les chercher. Les trois quarts d’entre eux étaient agglutinés devant les fenêtres, non qu’on vît grand-chose à cause de la fumée.” Le décor est posé, infiniment tragique.  L’attente va être interminable, des heures, puis des jours.  La sidération gagne chaque membre de la famille. Progressivement Wendy prend conscience  de cette irrévocable absence. Lentement  la réalité  qui était la sienne se dérobe,  comme pour tous les enfants à l’orée de  l’adolescence  la famille possède un caractère  définitif.  Pourtant  pour Wendy tout a basculé  et rien  ne subsiste  plus qu’un douloureux  souvenir.

   Commence alors une longue quête qui va voir Wendy partir chez son père en Californie, un homme qu’elle connait mal,  tout en cherchant  de légitimes  réponses à la situation que le destin lui impose.   Elle va bientôt cesser de se rendre au collège préférant partir seule à l’aventure dans les rue de Davis, la petite ville de la banlieue de Sacramento  où son père  Garrett a élu domicile.   Ces fugues vont déboucher sur des rencontres souvent surprenantes : une mère adolescente, un libraire  plein d’esprit et de clairvoyance et son fils autiste,  un jeune marginal qui traverse le pays pour retrouver un frère hypothétique.  Chacune d’elle aura une vertu cathartique, chacune de ses réponses lui offrira la possibilité d’un autre regard sur la vie.  Wendy va alors quitter l’enfance et entrer de plain pied dans l’adolescence en prenant une décision très personnelle, celle d’un choix de vie, le sien.

   “Les règles d’usage”  est sans doute le meilleur roman de de Joyce Maynard  fort bien traduit par Isabelle D. Philippe. Roman de la perte tout autant que de la renaissance à soi même,   “Les règles d’usage”  entraîne le lecteur dans une profonde méditation sur le sens de nos existences  et nous rappelle quel incroyable privilège nous avons d’avoir, tout simplement, la chance de vivre.  

Archibald PLOOM

CULTURE-CHRONIQUE.COM encourage ses lecteurs à se rendre en librairie  afin de soutenir le réseau des librairies françaises. Vous pouvez aussi cliquer sur le logo "Lalibrairie.com", votre commande sera alors envoyée chez le libraire de votre choix. Enfin, hormis "Amazon", la plupart des librairies en ligne que nous vous proposons sont aussi des librairies de centre-ville que nous vous encourageons à découvrir. La santé du livre dépend de la santé des librairies. 

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter      

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :