Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
PARIS MEXICO DISTRICT FEDERAL de Roberto WONG :

  On ne devrait jamais écrire que le roman que l’on chronique est le premier d’un jeune écrivain. On ne devrait pas. Sauf quand le roman que l’on découvre constitue les prolégomènes d’une oeuvre forcément majeure. Roberto Wong est mexicain  et il vit à San Francisco  où il travaille pour eBay.  On est très loin du profil  du jeune écrivain inspiré qui traque l’inspiration dans les cafés branchés d’une grande ville californienne.  Wong doit écrire le soir, ou très tôt le matin ou encore pendant ses congés ou le week end.  Peu importe, il écrit remarquablement bien et il pourrait être garçon boucher que ça ne changerait rien, ce type est de la trempe des meilleurs stylistes d’Amérique du Nord et “Paris Mexico  District Federal”   est un sacré bon roman. 

   Son personnage principal, Arturo,  est un jeune homme de 33 ans. Il s’est rêvé poète  mais il a dû, après ses études universitaires, prendre un modeste emploi alimentaire à la pharmacie Paris de Mexico.  Arturo est immergé dans un univers à la fois poétique et féminin :  sa mère d’abord, une prostituée nommée Noémi et  aussi Nadège, une française.  Il y a aussi Gonzalo l’un des collègues de la pharmacie avec lequel il entretient une amitié.  La vie du jeune homme est  tissée de routine mais un jour un homme qui tentait de braquer la pharmacie  est abattu par la police. Arturo découvre alors que le dernier appel téléphonique  du braqueur  s’adressait à une certaine Nadia dont il note le numéro. La monotonie  de sa vie va alors  basculer  dans une succession de péripéties étonnantes qui vont l’entraîner bien au delà de ce qu’une vie ordinaire peut réserver.   Et puis il a cette idée géniale  qui voit  la superposition  géographique et  symbolique  de deux villes :  Paris et Mexico.  Paris  est une capitale dont la superficie est dix fois moins importante  que celle de Mexico.  Dès le premier  chapitre le lecteur découvre  une curieuse théorie  géométrique  permettant la superposition des deux villes.  «Ainsi Paris  serait délimité à l’est par l’aéroport  Benito Juárez, jusqu’au bois de Chatultepec  de l’autre côté (…) La tour Eiffel se trouverait au croisement de Reforma  et Insurgentes. » L’idée  est surprenante mais le résultat constitue  une remarquable réussite littéraire.  Les différents niveaux de narration finissent par converger  vers une  scène finale tout à fait explosive.

    Paris Mexico District Federal”  est un roman hors norme qui révèle une personnalité littéraire qu’il faudra désormais mettre à la hauteur des plus grands maîtres de la fiction; le premier écrivain qui a  accouché d’une oeuvre après avoir rêvé de l’alignement géographique de deux villes…

Archibald PLOOM 

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter      

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :