Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
SAYONARA de Pascal MILLET :

   Lorsque Zeb, le frère ainé de Ray, disparaît en n’emportant rien, même pas son chien, le gamin lui en veut un brin car outre  le fait qu’il adore son grand frère ils avaient  programmé un voyage au Japon.  Il faut dire que dans ce petit village de la Côte-Nord du Québec, il ne se passe pas grand chose.  On braconne, on joue aux cartes, on picole pas mal et on échoue invariablement devant la télé.  La beauté du lieu plus personne ne la voit  tout au bout de la route 138.   Ray,  que beaucoup de gens du village prennent pour un demeuré, s’enferme souvent dans une chambre noire pour développer des photos quand ils ne se promènent pas dans les forêts profondes de la région.

   L’écrivain  a choisi au départ  de construire le roman autour du regard de Ray mais bientôt la petite amie de Zeb va faire passer  le récit  en mode polyphonique.  Pour elle  Zeb n’est pas parti mais a été victime d’une vengeance car il avait un peu trop de chance au poker, la chance du tricheur.  On comprend  que personne ne verra le Japon et le titre du roman  sonne comme une blague. Mais rapidement  les cercueils s’accumulent et  un ciel de plomb va progressivement s’abattre  sur ce village abandonné au bout  du monde.

   Pascal Millet  réussit avec « Sayonara » à nous entraîner  dans un thriller  d’une grande noirceur au cœur de paysages à couper  le souffle. La brutalité des hommes est examiné du point de vue de l’innocence, celle d’un gamin dont on ne sait pas vraiment  s’il est déficient mental ou non, c’est d’ailleurs l’une force  de ce roman.  « Sayonara »  est aussi un roman sur le passage de l’adolescence à l’âge adulte  et la découverte de la sexualité traitée avec beaucoup  de pudeur par l’écrivain.  Thématique  récurrente  chez Millet,  ce passage à l’âge adulte est le pivot symbolique du récit  qui l’éclaire et l’augmente  d’une lumière originale et profonde. 

   Voix originale dans le monde du polar Pascal Millet  est un auteur qui parvient à faire émerger l’humanité dans des situations  inattendues.  « Sayonara »  est, à ce titre,  un roman cathartique où la brutalité des hommes est dépassée  par le choix même de continuer à vivre. Un  thriller  à la fois bouleversant  et  foncièrement psychologique. 

Archibald PLOOM 

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter      

 

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :