Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
CARTOGRAPHIE DE L’OUBLI de Niels LABUZAN :

    Ce titre en soi, c’est déjà l’ouverture d’une foire aux questions. 
L’auteur nous emmène en Namibie. Nous sommes en 1894, ce n’est pas encore un pays, c’est une région d’Afrique de l’Ouest.
 Elle est peuplée d’hommes noirs, les Hereros et les Namas. Ils ne sont pas noirs mais rouges. Rouge comme leur terre. Des particules se sont infiltrées partout, dans chacun de leurs pores, ils en sont imprégnés. Ces hommes sont d’une belle couleur cuivre.
Cette terre, l’Empire allemand veut se l'approprier. Pas la voler non, il veut la prendre comme si c’était normal, comme si c’était naturel.
Le lecteur vit cette histoire à travers Jacob, un militaire allemand ordinaire. Il fait partie d’un bataillon envoyé par le Reich pour assurer son emprise sur la région.
 Et... Comment ? Ces peuplades primitives refusent de céder leur pays ! Quoi ? Ils ne veulent pas faire partie du Reich et osent résister ! Quelle audace. Commence alors une guerre d’usure. Années après années, les traités s’accumulent et ne sont pas respectés. L’Empereur Guillaume II s’impatiente. Après tout, pourquoi s’embarrasser de ces
primates ? Un nègre, ce n’est pas plus intelligent qu’un singe, n’est-ce pas ? La seule différence, c’est qu’il parle. Un jour, l’ordre arrive. Extermination.
 Le moyen ? Construire des camps, un peu comme les réserves indiennes, et les enfermer. L’unique porte, c’est celle qui permet d’entrer, il n’est pas prévu d’en sortir vivant.
Les camps de concentration étaient nés.
En parallèle, le lecteur est régulièrement projeté en 2004.
Un jeune métis allemand se rend en Namibie, à Okahandja, il assiste à une cérémonie commémorative et il veut comprendre. Il suit les traces de son histoire, il veut savoir. Pourquoi son grand-père, militaire exemplaire s’est-il installé dans cette région ? 
Sa grand-mère est noire. Elle était très jeune quand elle a enfanté et son grand-père était déjà un homme âgé. Que s’est-il passé ? Le lecteur se promène d’une période à l’autre et il tente lui aussi de comprendre.


   Ce roman est époustouflant. Les questions affluent en nous, la gène aussi. Cette teinte blanche associée à la pureté, une idée reçue.

Annick FERRANT

CULTURE-CHRONIQUE.COM encourage ses lecteurs à se rendre en librairie  afin de soutenir le réseau des librairies françaises. Vous pouvez aussi cliquer sur le logo "Lalibrairie.com", votre commande sera alors envoyée chez le libraire de votre choix. Enfin, hormis "Amazon", la plupart des librairies en ligne que nous vous proposons sont aussi des librairies de centre-ville que nous vous encourageons à découvrir. La santé du livre dépend de la santé des librairies. 

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter     

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :