Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
VINTAGE de Grégoire HERVIER :

     Il y a des romans qui commencent comme un bon morceau de rock.  Dès les premières lignes on comprend qu’on est tombé  sur un écrivain qui connait son affaire, un type  qui tourne  ses phrases comme  des riffs de guitare et qui monte le son à mesure que le récit avance.  La  tirade qui ouvre le roman  vaut d’ailleurs  son pesant  d’acier fondu : “ Mais le rock est mort, c’est un truc de dinosaures, réveille-toi!  Le rock’n’roll, c’est pour ceux qui aiment fumer, boire, baiser sans capote et rouler à fond la caisse : c’est plus du tout tendance!  Tu crois qu’Elvis bouffait cinq fruits et légumes par jour? Ce mec se faisait livrer des sandwichs au beurre de cacahuète par avion !”

   La tournure que prend rapidement la narration  est parfaitement jubilatoire  quand  Thomas Dupré, vingt cinq  ans, musicien  et obscur pigiste pour d’obscures revues musicales,  va se voir confier une incroyable mission par son ami Alain de Chevigné propriétaire du magasin “Prestige Guitare” : livrer  une Les Paul  1954  Goldtop à un mystérieux commanditaire en Ecosse.   La narration se met alors à tourner comme un ampli Hiwatt au meilleur de sa forme.  Hervier maîtrise parfaitement  l’art de raconter une bonne histoire auquel il ajoute une connaissance  encyclopédique  des meilleures années du rock.  Où l’on voit surgir au fil des pages les étoiles qui ne cesseront jamais d’éclairer  le ciel  des musiques électrisées et amplifiées.

    “Vintage” possède la qualité d’un récit plein de rebondissements complétés d’une érudition franchement réjouissante mise au service d’une quête qui passe par les lieux  qui constituèrent les points d’ancrage de la mythologie  rock. Le texte est criblé d’anecdotes musicales ou d’évocations de guitares qui appartiennent désormais à la légende du rock :  Fender Stratocaster série L, Gibson Flying V,  Gibson, Gibson Moderne Explorer et évidemment la fameuse Les Paul  Goldtop dont le vernis doré a fait le succès. Quand on referme “Vintage” on entend encore longtemps après le bourdonnement d’un vieil ampli à ampoules Vox AC 30.  Long live rock !

Archibald PLOOM

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter     

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE    

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :