Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
RASPOUTINE d’Alexandre SUMPF :

     Raspoutine était déjà devenu avant sa mort une légende vivante mais après son assassinat le phénomène prit une ampleur considérable au point de porter cette personnalité complexe au rang de mythe. C’est à ce personnage qui suscita en son temps crainte et détestation que s’attaque l’historien, spécialiste de l’histoire russe et soviétique, Alexandre Sumpf.  Une telle entreprise est une gageure tant les productions en tout genre sur  Raspoutine sont légion et souvent d’une qualité discutable  faisant la part belle à la dimension occulte de celui qui était née en Sibérie occidentale en 1869 et portait le nom de Grigory Efimovitch Raspoutine.  Raison sans doute de plus pour retracer la frontière entre récits apocryphes et vérité historique mais aussi mettre en lumière l’utilisation que l’on a pu faire du personnage de Raspoutine aux quatre coins du monde. 

   L’un des points forts de l’ouvrage d’Alexandre Sumpf  est moins de revenir sur  l’histoire  de celui qui accompagna les dernières années d’un tsarisme en déliquescence  mais plutôt de saisir  les différents visages que l’histoire donna par la suite à celui qui fut  assassiné par le prince Felix Ioussoupov.  Comme l’écrit avec raison l’historien  : “Ce que nombre de contempteurs ou d’admirateurs du  personnage oublient, tout à leur projet d’accumuler des preuves à charge ou de réhabiliter un homme trahi par ses proches , victimes des conservatismes et des perversions de la haute société de Petrograd,  c’est que sa vie lui a échappé depuis longtemps.” Au fond ce qui émerge de  l’enquête minutieuse  de Sumpf c’est que Raspoutine est devenu à son insu une fiction.  Son histoire s’est transmuée en fable partagée par des millions de Russes et de Soviétiques, puis par les sociétés occidentales qui l’ont  transformée en objet de culture populaire.

   C’est finalement cette transmutation mythologique que l’ouvrage analyse avec beaucoup d’acuité, se refermant sur les différentes métamorphoses que le cinéma et la télévision ont fait subir  au personnage  de Raspoutine.  Alexandre Sumpf  nous propose avec ce « Raspoutine » une approche  tout à fait stimulante qui  se prolonge bien au delà  des quarante trois années que dura la vie de ce moujik sibérien à l’ascension fulgurante.  Un ouvrage qui réintroduit l’exigence historique  au cœur d’un mythe qui n’a cessé de muter depuis la disparition de Raspoutine en 1916. 

Hugues DE SINGLY

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter      

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE   

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :