Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
LA VIE IDÉALE de Jon RAYMOND :

    Jon Raymond est un écrivain talentueux et chanceux.   Son recueil  “Wendy & Lucy” avait révélé un nouvelliste au style âpre, prolixe et doué pour les portraits psychologiques. Un nouvelliste chanceux car sa nouvelle éponyme fut immédiatement adaptée à l’écran par la réalisatrice Kelly Reichardt.  Cette fois, Jon Raymond, qui travaille aussi pour le cinéma, nous propose, avec “La vie idéale”  un roman d’une grande puissance  narrative.

   Chacun possède un rêve caché. Damon et Amy qui vivent à Los Angeles souhaitent changer complètement d’existence, revenir à ce qu’ils estiment être l’essentiel. Ils vont trouver  l’opportunité de quitter la ville  en  s’impliquant dans un projet  de grande ferme bio du nord-ouest des Etats-Unis pas très loin de Portland.  “Rain Dragon” est un projet alternatif ambitieux qui attire nombre de jeunes gens en quête d’idéal.  Damon et Amy vont s’intégrer  progressivement  à cette utopie en marche mais la réalité ne correspond jamais exactement  à ce qu’on imaginait au départ.

   Raymond  dépeint avec  acuité  les personnalités qui participent au projet  “Rain Dragon”. “ Vous êtes à Rain Dragon depuis combien de temps?  m’a demandé le japonais au visage impassible , qui occupait  un poste de cadre dans l’industrie électronique  et portait des lunettes de soleil dont les verres formaient  comme deux trous  dans la lumière estivale.

-      - Cinq mois environ, ai-je répondu.

-      Et vous faites quoi exactement à la ferme ? a renchéri l’investisseur en capital-risque de marine county, spécialisé dans les biocarburants, un type sec en pull à col roulé  dont les chaussures épousaient les orteils comme des gants.”

    Jon Raymond est un extraordinaire portraitiste et  un styliste  qui travaille la matière du texte  en y mêlant  psychologie  des personnages et traitement des passions  de son temps.  “La vie idéale” est un roman traversé par un sens profond de l’humanité à travers la peinture d’hommes et de femmes qui tentent de trouver un nouveau souffle à leur vie tout en  devant affronter  l’usure du temps.  Une oeuvre qui parvient à maintenir une tension poétique de bout en bout tout en portant un regard sans concession sur notre époque. 

Archibald PLOOM

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter      

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE   

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :