Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
UN BON ECRIVAIN EST UN ECRIVAIN MORT de Guillaume CHÉREL :

    Guillaume Chérel connait sa littérature. Il a déjà publié plusieurs portraits d’écrivains américains parmi lesquels Hemingway, Kérouac ou encore London.  Il nous propose avec “Un bon écrivain est un écrivain mort” une anti-rentrée littéraire qui vaut franchement le détour. Chérel est un iconoclaste qui sait jouer avec le clavier du monde littéraire. L’idée de ce débat organisé par Augustin Traquenard  autour du thème ‘Littérature et modernité” dans un ancien monastère des Alpes-Maritimes est  très belle trouvaille. D’autant que notre journaliste invite pas moins de dix écrivains à ce débat, et pas des moindres : Fréderic Belvédère, Yann Moite, Michel Ouzbek, Jean de Moisson, Amélie Latombe, Christine Lego, Delphine Végane, Tatiana de Roseray, David Mikonis, Kathy Podcol.   Chacun d’eux a reçu un courrier anonyme les invitant dans cette bâtisse retirée reconvertie en résidence d’auteurs.

    La cruauté fait parfois du bien, surtout quand elle est bien ciblée et qu’elle est traitée avec la distance nécessaire. Qui aime bien châtie bien.   Chérel a eu l’idée de ce roman à l’été 2015  dans la cuisine du monastère de Saorge, où il séjournait pour trois mois en résidence d’écrivains.  Comme l’écrivait London  l’inspiration c’est d’aller chercher les idées et les personnages où ils sont, avec une matraque, s’il le faut… Mais en vérité Chérel n’a pas besoin de cette matraque.  Les personnages d’écrivains qu’il croque livrent une vérité souvent très éloignée de l’art romanesque. L’Immortel Jean de Moisson par exemple : “ Quand j’étais jeune, vous auriez dû voir ça. Nous ne portions pas de ceinture de sécurité. Bon, d’accord, ça a tué Nimier et Camus,  vous me direz. Et Sagan a failli y passer. Mais on mourait en Aston Martin, à l’époque. C’était la classe!” Où le médiatique Yann Moite :”La machine était lancée, cette fois il avait décroché une rente à vie. Aujourd’hui, il était un écrivain arrivé. Ses journées étaient surchargées. Il ne savait plus ce que le mot loisir voulait dire. Entre deux émissions de télé ou de radio, il écrivait ses chroniques et ses livres de commande.”  La plume de Chérel  est acérée et n’épargne aucun des invités à ce débat et pourtant  le lecteur peut déceler une certaine tendresse envers ces hommes et ces femmes qui ont consacré leur vie à l’écriture.  Le récit prend rapidement un cours inattendu et le débat organisé par Augustin Traquenard livrera bien d’autres vérités que celles auxquelles le journaliste pouvait s’attendre.  Quant au lecteur il aura passé un  excellent moment en compagnie de cet aréopage d’écrivains célèbres. “Un bon écrivain est un écrivain mort” est l’une des surprises pleine d’humour de la rentrée littéraire. 

Archibald PLOOM

 

CULTURE-CHRONIQUE.COM encourage ses lecteurs à se rendre en librairie  afin de soutenir le réseau des librairies françaises. Vous pouvez aussi cliquer sur le logo "Lalibrairie.com", votre commande sera alors envoyée chez le libraire de votre choix. Enfin, hormis "Amazon", la plupart des librairies en ligne que nous vous proposons sont aussi des librairies de centre-ville que nous vous encourageons à découvrir. La santé du livre dépend de la santé des librairies. 

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter      

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :