Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
L’IMMEUBLE CHRISTODORA de Tim MURPHY :

On attend la traduction de certains romans avec impatience, tout simplement parce qu’il s’agit d’oeuvres dont on sait qu’elles constitueront pour nous des moments de lecture importants.  “L’immeuble Christodora” fait partie de ces romans qui traversent nos existences  pour y laisser une trace définitive.

    Son auteur Tim Murphy est journaliste New Yorkais spécialiste des questions LGBT  mais aussi  de tout ce qui peut concerner la culture et la politique américaine, en d’autres termes un homme qui a fait de l’écriture et de la réflexion son métier.  Ouvrir “L’immeuble Christodora” c’est un peu comme tourner le bouton de votre radio et vous retrouver sur WGBO -  http://www.wbgo.org/ - l’une des meilleures radios New Yorkaise.  Il nous propose en effet un roman immergé au coeur de cette ville en perpétuel mouvement, une de ces sagas dont les écrivains New Yorkais ont le secret et qui laisse le lecteur pantois de plaisir et d’admiration.

   L’immeuble Christodora  est une élégante tour de seize étages en briques au croisement de l’Avenue B  et de la 9 eme Rue, édifice dominant Tompkins Square Park et qui fut achevée en 1928 dans le quartier de Greenwich Village.  Ses habitants sont sociologiquement plus bohèmes que bourgeois.  Ainsi Milly et Jared  font partie, avec Mattéo leur fils adoptif,   de la petite communauté du Christodora . Ils forment un couple uni et aisé et voient en Mattéo la réalisations de leurs ambitions artistiques.  Nous sommes au début des années 2000.  Le quartier autrefois peuplé de portoricains tenait lieu de repère pour les dealers et les  drogués venus de toute la ville  mais désormais le quartier s’embourgeoise  et seul Hector le voisin portoricain de Milly et Jared, junkie et homosexuel,  reste la sentinelle de cette époque révolue. Son compagnon est mort du Sida et Hector a bien du mal à se projeter vers le futur. 

   Tim Murphy maîtrise avec justesse l’évolution de ses personnages dans le temps. Leurs blessures et leurs tourments  viennent sourdre aux détours de certaines pages chargées d’une intensité qui ne peut manquer de toucher le lecteur. Murphy joue aussi avec beaucoup de virtuosité sur les registres passé et  présent  au coeur d’une ville qui ne cesse d’évoluer.   New-York  imprègne chaque chapitre du roman et les pulsations de  la  cité rythment le récit jusqu’à son terme, l’éclaboussant de toutes ses couleurs.

L’immeuble Christodora” méritait une excellente traduction ce qu’a  permis Jérôme Schmid pour notre plus grand bonheur.  Les grands écrivains ont toujours besoin de grands traducteurs …

Archibald PLOOM 

CULTURE-CHRONIQUE.COM encourage ses lecteurs à se rendre en librairie  afin de soutenir le réseau des librairies françaises. Vous pouvez aussi cliquer sur le logo "Lalibrairie.com", votre commande sera alors envoyée chez le libraire de votre choix. Enfin, hormis "Amazon", la plupart des librairies en ligne que nous vous proposons sont aussi des librairies de centre-ville que nous vous encourageons à découvrir. La santé du livre dépend de la santé des librairies. 

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter       

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :