Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
LE LAM – LILLE METROPOLE MUSEE D’ART MODERNE D’ART CONTEMPORAIN ET D’ART BRUT :

     Tous les musées ont une histoire et cette dernière est  toujours attachée à un lieu. Celle du Lam est liée à l’agglomération lilloise depuis des décennies et plus encore, peut être, à la croissance  de cette agglomération puisque le nouveau LAM se trouve au coeur de la ville nouvelle de Villeneuve d’Asq.

   Cet équipement de béton et de verre posé comme un grand vaisseau dans la lande est l’un de ces lieux rares à l’échelle humaine.  En effet même si le bâtiment est vaste et qu’il se déploie sur une superficie importante il ne s’impose jamais aux oeuvres qui peuvent conserver toute leur intériorité.

   Un passage par le Lam ne laisse jamais indifférent, les différentes périodes que propose le musée - art brut, art moderne, art contemporain - associées aux expositions  temporaires exigent souvent le temps d’une lente décantation associée au volume des salles  et aux oeuvres  disposées dans le parc qui entoure le musée.  L’art exige le temps de la contemplation mais aussi celui de la réflexion.  Celle-ci vient généralement plus tard quand on est déjà loin du musée, c’est le moment où la magie opère et reconnaissons qu’une longue déambulation dans les salles immenses du Lam - certains y restent une journée entière  - produisent un effet tout à fait singulier.  Pour le connaître il suffit d’en faire l’expérience.

   Le Lam possède une collection d’oeuvres de premier plan  qu’il s’agisse des fusils et des kalachnikovs d’Aleksander Pavlovitch présentés comme autant d’instruments de parade  et donc  d’une certaine manière désarmés ; des tableaux de Pablo Picasso ainsi que de l’étonnante sculpture en béton intitulée “Femme  aux bras écartés”  que l’on peut découvrir dans le parc ;  on restera frappé par les sculptures sur bois de Théo Wiesen  souvent hautes – certaines font plus de quatre mètres -  de plusieurs mètres  et qui s’apparentent  à une forme de primitivisme  artistique ; on s’interrogera  sur les ready made de Christian Lavier  qui déplace nos catégories en recouvrant de peinture les objet les plus courants.  On appréciera l’impressionnante puissance des oeuvres de Fernand Léger  ou de Nicolas de Stael ;  on découvrira le cubisme ornemental à travers les tableaux de Serge Charchoune  ; nous nous arrêterons longuement devant les panneaux de bois sculpté d’André  Derain qui sont autant d’hommages à l’oeuvre de Gauguin.   Rien d’exhaustif  évidemment dans ces quelques exemples mais une chose est certaine : quand on vient au Lam une première fois on sait que l’on reviendra. 

ARCHIBALD PLOOM

CULTURE-CHRONIQUE.COM encourage ses lecteurs à se rendre en librairie  afin de soutenir le réseau des librairies françaises. Vous pouvez aussi cliquer sur le logo "Lalibrairie.com", votre commande sera alors envoyée chez le libraire de votre choix. Enfin, hormis "Amazon", la plupart des librairies en ligne que nous vous proposons sont aussi des librairies de centre-ville que nous vous encourageons à découvrir. La santé du livre dépend de la santé des librairies. 

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter        

 

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :