Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
LE DERBY : UNE BRASSERIE LENSOISE QUI SAIT RECEVOIR :

      le Louvre de Lens souffre du même mal que son grand frère parisien. A peine ouvert sa capacité d’accueil est déjà mise à mal : file d’attente interminable devant la billetterie,  cafétéria et restaurant saturés dès l’heure du déjeuner, toilettes prises d’assaut, ce qui n’enlève évidemment rien à la qualité des collections proposées aux visiteurs.
   Votre pérégrination vous a ouvert l’appétit et vous voilà donc pris au piège bien loin du centre ville de Lens.  Il vous reste une solution : “Le Derby” au 238 rue Paul Bert. Il vous suffira de descendre la pente depuis  le musée. Une fois arrivés dans la rue vous partez sur la gauche et vous marchez environ trois cents mètres.  Vous vous retrouvez alors devant “Le Derby”. L’extérieur ne paie pas de mine, une petite Brasserie toute simple et bien du Nord… mais surprise!, à l’intérieur le restaurant accueille des motos françaises d’avant guerre, des pièces extrêmement rares en vérité . “Le Derby” est donc une manière de petit musée de la motocyclette… On notera aussi disposés ici et là dans la salle de restaurant certains équipements du mineur de fond. N’oublions pas que Lens vivait il y a encore peu de l’exploitation de la houille et le restaurant nous le rappelle à sa façon.

Entré par hasard un jour d’affluence du musée,  après avoir été chassé de tous les lieux de restauration  je fus accueilli d’une manière très amène par le patron et son épouse  alors même que leur brasserie était pour le moins saturée. L’accueil au Derby est bien dans la tradition du Nord.  Cette rencontre inattendue m’a permis de faire la découverte d’un plat local  : la carbonade flamande , composée de morceaux de viande de boeuf mijotés dans une sauce à la bière., une délicieuse recette du pays servie  avec  des frites maison –  les frites sont servies à volonté s’il vous plait !  - et qui a pour vertu de calmer les  appétits aiguisés par les marches à visée culturelle occasionnées par le musée. La carte est certes  restreinte mais c’est le gage  que la brasserie  ne propose que des produits frais et labellisés.  Soulignons enfin que « Le Derby » sert  les meilleures pâtisseries  de la ville – le restaurant fait d’ailleurs aussi salon de thé  - l’explication est familiale et constitue une raison de plus de découvrir cette adresse.

  « Le Derby »  propose une restauration  familiale  de qualité pour un prix  défiant toute concurrence, mieux qu’une alternative il est  le lieu où l’on sait accueillir le visiteur avec la gentillesse et la prévenance qui fait plaisir au cœur.  

Archibald PLOOM

CULTURE-CHRONIQUE.COM encourage ses lecteurs à se rendre en librairie  afin de soutenir le réseau des librairies françaises. Vous pouvez aussi cliquer sur le logo "Lalibrairie.com", votre commande sera alors envoyée chez le libraire de votre choix. Enfin, hormis "Amazon", la plupart des librairies en ligne que nous vous proposons sont aussi des librairies de centre-ville que nous vous encourageons à découvrir. La santé du livre dépend de la santé des librairies. 

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter       

 

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE

 

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :