Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
LA GUERRE CIVILE RUSSE - 1917-1922 d’Alexandre JEVAKHOFF :

 Alexandre Jevakhoff revient sur l’une des pires périodes qu’a connue la Russie. De 1917 à 1922 une épouvantable guerre civile va disloquer la société et l’état russe opposant révolutionnaires rouges qui veulent voir triompher le processus dans lequel ils ont engagé le pays et combattants blancs qui tentent d’inverser le cours de l’histoire.  La révolution de Février puis le coup d’Etat bolchévique n’ont pas été acceptés par l’ensemble de la population. Une révolution ouvrière dans un pays où la paysannerie domine très largement est déjà un paradoxe en soit mais la guerre civile obéit elle à une logique implacable: c’est un combat à mort parce que de part et d’autre les oppositions sont absolues, et les adversaires irréconciliables.  La guerre civile russe sera un maelstrom qui va entraîner les acteurs dans un tourbillon où aucun acteur ne sera en mesure de contrôler les circonstances pendant ces cinq années.

  Alexandre Jevakhoff connait parfaitement cette période de l’histoire d’une Russie qui n’était pas encore tout à fait soviétique.  Le conflit qu’il décrit par le détail est d’une brutalité  sans limite  aidée  par une épidémie de choléra qui semble se nourrir des fatigues des combattants. A peine sortie de la première guerre mondiale, les russes s’engouffrent dans un second tunnel sanglant comme si seule la mort pouvait aider à mettre au monde un pays nouveau. 

  La victoire des communistes a pris du temps et ceux qu’on appelait “les rouges” ont connu bien des revers avant de l’emporter. L’objectif des communistes est d’éliminer toute l’élite et tout ceux qui, d’une manière où d’une autre, ont combattu le pouvoir soviétique. A propos des cosaques qui les combattent avec acharnement Trotsky écrit : “À leur manière, les cosaques forment une espèce zoologique et rien d’autre (…). Le vieux genre cosaque doit être brûlé dans les flammes de la révolution sociale (…). Que les derniers restes,  comme les cochons de l’Evangile, soient jetés dans la m…” La violence du propos souligne bien la haine qui habite chacun de ceux qui participent à ce conflit tellurique.  Alors que les dirigeants communistes  - Lenine, Trotsky, Dzerjinski, Staline – portent partout le fer et le feu de la révolution, les généraux blancs – Alekseiev, Kornilov, Denikine, Kolchak, Vrangel- doivent affronter une guerre à laquelle ils n’étaient pas préparés et qu’ils vont perdre après une série de bonnes et de mauvaises fortunes.  Les 5 millions de combattants rouges ont triomphé des blancs  dont des milliers d’officiers – y compris  de très jeunes gradés -  sont fusillés.  L’opposition blanche est décapitée  et va s’effacer progressivement de la mémoire de la population russe au profit d’une histoire officielle  réécrite par  les vainqueurs.

   “La guerre civile russe” est le résultat d’un long et exigeant travail d’archives  qui offre au lecteur la possibilité d’embrasser la totalité d’un conflit souvent limité à l’anecdote  où à quelques épisodes  célèbres comme  celui de la guerre du rail.  L’étude menée par Alexandre Jevakhoff a le mérite de dépassionner le débat  et de reprendre les faits - exactement un siècle après le début de la guerre civile russe - avec toute la mesure qui devrait toujours caractériser le travail de l’historien. 

Hugues DE SINGLY

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter       

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE 

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :