Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
DANS LA TÊTE DE MARINE LE PEN de Michel ELTCHANINOFF :

  Plutôt que de développer l’habituel discours de déploration concernant l’irrésistible ascension du front national le philosophe Michel Eltchaninoff nous propose dans son ouvrage “Dans la tête de Marine Le Pen”  de dégager les lignes de force d’un discours  qui fonctionne dans une dynamique  européenne qui voit émerger des régimes identitaires  qui font vaciller  les démocraties ouvertes.  Le philosophe brosse un tableau exhaustif de l’idéologie  du nouveau FN, celui que la fille de Jean Marie a remis  en ordre de marche après avoir épousseté les vieilles idoles  et les grigris du parti.  Désormais Marine Le Pen n’hésite pas à se présenter comme l’incarnation d’une raison enveloppée sous l’apparence de la force tranquille Mitterrandienne. Jacques Ségala doit faire de mauvaises nuits même avec une Rolex au poignet.  En renonçant aux marottes de Jean Marie,  Marine peut se permettre de citer  De Gaulle que son père haïssait. La démocratie identitaire qu’elle appelle de ses voeux à tous les contours de la douce France  du petit village de province.

    Marine Le Pen incarne le changement inéluctable avec une classe politique corrompue. Elle a réussi ce que son père a échoué à créer  : redonner à certains électeur l’idée que la République  conserve des vertus protectrices.  Ce que Jean Marie perdait par narcissisme, Marine le gagne par pur réalisme.  Fini la rhétorique foutraque du chômage  et de l’insécurité causée par l’immigration.   Ce que pointe Michel Eltchaninoff c’est l’habileté d’un discours  qui passe d’une forme de survivalisme caricatural – celui du père – à un discours d’adhésion  aux méfaits de de la mondialisation dont l’immigration ne serait qu’une manifestation parmi d’autres.  Pour Marine l’immigré vient travailler à la place du français  et vise progressivement à le déraciner au coeur d’une économie néolibérale et apatride.  Marine Le Pen c’est la France des terroirs contre la France mondialisée.

   Le philosophe pointe par ailleurs que l’une des composantes du marinisme tient dans la dénonciation de l’islamisation de notre pays. La main d’oeuvre française sera progressivement remplacée par des musulmans profondément intolérants. Pour Marine Le Pen la porosité entre Islam et islamisme est totale.  Du coup elle peut se draper dans une laïcité pure et dure qui l’éloigne du discours raciste et profondément antisémite de son père.

   Le livre d’Eltchaninoff est un modèle d’analyse à la fois global et minutieux des idées du nouveau Front.  C’est un livre puissant  de déconstruction  de l’idéologie frontiste  qui met en évidence la rupture  paradigmatique qu’a instauré Marine Le Pen pour donner à son parti la légitimité républicaine qui lui faisait défaut. Il faut lire ce remarquable travail d’objectivation de la pensée frontiste qui ne cesse de vouloir s’autodédiaboliser dans un marinisme qui garde pourtant les réflexes d’exclusion  du fondateur de son parti.

Archibald PLOOM 

CULTURE-CHRONIQUE.COM encourage ses lecteurs à se rendre en librairie  afin de soutenir le réseau des librairies françaises. Vous pouvez aussi cliquer sur le logo "Lalibrairie.com", votre commande sera alors envoyée chez le libraire de votre choix. Enfin, hormis "Amazon", la plupart des librairies en ligne que nous vous proposons sont aussi des librairies de centre-ville que nous vous encourageons à découvrir. La santé du livre dépend de la santé des librairies. 

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter       

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :