Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
RÉVOLUTION de Sébastien GENDRON :

Le roman noir est toujours le miroir de notre société.  “Révolution” de Sébastien Gendron qui pourrait apparaître au premier abord comme un polar néo punk aux références évidentes - l’écrivain a pris soin  de placer  au terme de son roman bibliographie, discographie et filmographie qui renvoient à toutes les références disséminées dans le texte -  nous propose une peinture sans concession de la réalité sociale.  L’analyse est crue et projette une lumière clinique sur les évolutions impitoyables de notre société.  Les personnages traversent le récit comme des Curriculum Vitae qui finissent en classement vertical dans un bureau de ressources humaines.  La révolution ça se prépare  aurait dit Lénine  mais elle a tout de même besoin d’une petite étincelle  pour s’enflammer.  La précarité recèle bien des vertus pour justement mettre le feu aux poudres.  

   Les deux personnages principaux, Pandora et Georges, n’ont pas tiré les plus mauvais numéros de la loterie de l’existence mais comme beaucoup d’autres ils ont hérité  d’une place dépréciée dans un monde  qui exclut les êtres dans l’anonymat  et l’indifférence.  Georges Berchanko, la quarantaine,   a été informaticien mais il vivote désormais de petits boulots en petits boulots assez peu reluisants  que lui propose l’agence Vadim Intérim. Sa dernière mission se termine dans une éclaboussure de sang et deux cadavres qu’il n’a pas vraiment souhaités.  Il est alors  temps de penser à changer de vie pour notre héros fort peu héros en vérité.  Alors quand son chemin croise celui de la jolie Pandora Guarepal, championne de tir au pistolet et quadragénaire comme lui, le cours des événements va soudain s’accélérer.    Elle aussi est employée par l’agence d’André Vadim et  il se trouve que pour Pandora comme pour Georges la dernière mission a failli lui être fatale.  Rebelle dans l’âme  Pandora est bien décidée à se venger mais  l’idée qui va germer dans son esprit  va entraîner les deux protagonistes très au-delà  de ce que la vie leur avait  offert au départ. L’esprit contestataire garde encore de beaux jours devant lui…

   “Révolution” est un roman mordant, plein de rebondissements, immoral et profondément jubilatoire. La révolution gendronienne plonge ses racines dans l’hémoglobine sur une bande originale des Dead Kennedys.  Ses personnages ont tout des anti-héros qui refusent un destin écrit d’avance.  Pour le coup ils échappent à la trajectoire que le grand bureau des ressources humaines de la vie leur avait réservée quitte à forcer le sort à coup de revolver.   Mais la révolution est rarement celle que l’on espérait… Inutile de relire l’oeuvre intégrale de Lénine pour le découvrir. Dans  ce  “Révolution” de Sébastien Gendron le rouge  n’est rien d’autre qu’une gifle de sang.

Archibald PLOOM 

CULTURE-CHRONIQUE.COM encourage ses lecteurs à se rendre en librairie  afin de soutenir le réseau des librairies françaises. Vous pouvez aussi cliquer sur le logo "Lalibrairie.com", votre commande sera alors envoyée chez le libraire de votre choix. Enfin, hormis "Amazon", la plupart des librairies en ligne que nous vous proposons sont aussi des librairies de centre-ville que nous vous encourageons à découvrir. La santé du livre dépend de la santé des librairies. 

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter       

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE 

 

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :