Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
LA NAISSANCE DU SENTIMENT de Jean-François KERVÉAN :

   Le lecteur de roman compulsif, celui qui en lit plusieurs par mois, voire par semaine, est toujours étonné de découvrir une oeuvre qui plonge profondément ses racines dans un passé  lointain. Il s’agit toujours pour l’écrivain d’une prise de risque considérable car n’est pas historien qui veut et les chausse-trappes sont nombreuses lorsque le récit se trouve immergé dans une époque  que l’on ne maîtrise pas tout à fait.  L’anachronisme et l’uchronie vous guette sauf évidemment si vous nourrissez depuis des années une véritable passion pour cette période historique.  Vous avez fini par maîtriser tous les pièges du récit  en immersion. 

    “La naissance du sentiment” de Jean-François Kervéan appartient justement à cette catégorie de romans dont la narration s’épanouit à des millénaires de notre siècle.  “ A Sparte, nul ne sait jamais pourquoi Gorgophonée Carthas quitta le champ social de sa cité.  Cet hiver-là fut dur, mais les Spartiates ne craignent pas le froid, la faim, le deuil – ce peuple n’a peur de rien.  Chez eux, lorsque le vent cingle depuis les crêtes du Mont Parnon, personne ne couvre ses épaules d’une fourrure; tu te pèles et au bout d’un moment , en vertu du stoïcisme, tu ne  te pèles plus.”  Les premières lignes annoncent d’emblée le projet littéraire de l’auteur : une plongée  dans la Grèce Antique dans la Grèce du Vième siècle avant  JC.   Chacun connait l’histoire de Sparte, cité guerrière où la faiblesse était considérée comme une tare. Les plus faibles ne pouvaient pas faire de bons guerriers et étaient donc immédiatement éliminés.  C’est à partir de ce constat impitoyable que l’écrivain va introduire  un domino fautif dans la longue chaîne des causes et des conséquences du mode de vie spartiate : la citoyenne Carthès, veuve  et fille de grands guerriers met au monde Aphranax un fils  qui présente  une malformation  invisible : il souffre d’asthme.  Carthès va désobéir  en cachant à l’autorité  cette tare qui devrait coûter la vie à  sa progéniture. Mais désobéir dans la Grèce Antique c’est provoquer irrévocablement le destin.  Le récit est lancé et il tient toutes ses promesses car Jean-François Kervéan parvient à nous faire pénétrer au sein d’une société obsédée par les codes, qui rejettent les plaisirs et valorisent l’action et le combat pour forger un destin.  Celui d’Aphranax va le voir se rapprocher du roi Leonidas qui  est le seul à pouvoir l’intégrer  au groupe d’élites des 300 meilleurs  hoplites mais pour cela il doit passer par l'agögé, ce terrible dressage  qui transforme le spartiate  en machine de guerre.

    La naissance du sentiment” est un roman fort et puissant  qui libère une incroyable énergie et fait la peinture d’une cité dyarchique obsédée par l’égalité des citoyens et terriblement collectiviste. On passe une excellent moment et on apprend beaucoup.  Une belle réussite autant littéraire qu’historique.  

Archibald PLOOM 

CULTURE-CHRONIQUE.COM encourage ses lecteurs à se rendre en librairie  afin de soutenir le réseau des librairies françaises. Vous pouvez aussi cliquer sur le logo "Lalibrairie.com", votre commande sera alors envoyée chez le libraire de votre choix. Enfin, hormis "Amazon", la plupart des librairies en ligne que nous vous proposons sont aussi des librairies de centre-ville que nous vous encourageons à découvrir. La santé du livre dépend de la santé des librairies. 

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter       

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :