Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
TOUT SUR MEIN KAMPF de Claude QUÉTEL :

 Au moment ou “Mein Kampf” entre dans le domaine public, Claude Quetel  qui a dirigé le Mémorial de Caen  passe  au crible cette oeuvre aussi noire que sulfureuse en la soumettant à dix questions cardinalesL'approche de Quetel est impitoyable et permet de fixer quelques vérités autour d’un texte écrit par un agitateur politique alors qu’il est incarcéré en 1923 à la prison de Lansberg am Lech près de Munich.  Hitler est un homme seul  qui n’a ni famille,  ni  femme, ni ami véritable et son parti le NSDA vient d’être interdit.   Il pense à se suicider – ce qui aurait économisé quelques dizaines de millions de morts à l’humanité – mais il choisira finalement de rédiger un livre programmatique qu’il intitulera “Mon combat” .  Quand il quitte la prison le 20 décembre 1924 il écrit “ Cette période m’a permis d’approfondir un certain nombre qui ne se trouvaient alors en moi qu’à l’état instinctif.  De plus, c’est au cours de cette incarcération que j’ai acquis la fois intrépide, l’optimisme, la confiance en notre destin que rien ne put ébranler  par la suite.”  On  a envie d’ajouter “malheureusement…”.

   Les questions  de  Quetel  sont autant de coups de sonde  qui permettent  d’interroger la vérité de ce texte empoisonné :  Que dit “Mein Kampf” ?  “Mein Kampf” annonce-t-il  les crimes à venir du III eme Reich ?   Quelle a été  la diffusion  du pamphlet  en Allemagne et la France ?  Où l’on découvre qu’il  fut largement diffusé en Italie  sous l’égide de Mussolini, que Churchill prit très tôt  au sérieux   le contenu  de l’ouvrage qui sera publié en Espagne,  en Hongrie, Tchécoslovaquie,  en Bulgarie,  au Danemark, en Suède dans le cours des années 1930. 

   La conclusion  de cette enquête minutieuse  s’intitule “Faut-il brûler  “Mein Kampf” ?”  et avouons sans déflorer  la totalité du propos que la réponse n’est pas aussi simple  que la question.  En effet comment pourrions nous faire rentrer  le mauvais génie dans la bouteille ?  A ce titre l’ouvrage de Claude Quetel est un excellent antidote contre une pensée qui continue à fasciner.

Carmelien FURET D'ASTON

CULTURE-CHRONIQUE.COM encourage ses lecteurs à se rendre en librairie  afin de soutenir le réseau des librairies françaises. Vous pouvez aussi cliquer sur le logo "Lalibrairie.com", votre commande sera alors envoyée chez le libraire de votre choix. Enfin, hormis "Amazon", la plupart des librairies en ligne que nous vous proposons sont aussi des librairies de centre-ville que nous vous encourageons à découvrir. La santé du livre dépend de la santé des librairies. 

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter       

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :