Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
LA MAISON DES HAUTES FALAISES de Karen VIGGERS :

 Les Escales” est une maison d’édition qui s’est fait  une spécialité de proposer d’excellentes traductions  de romans anglo-saxons. A ce titre   La maison des hautes falaises” de Karen Viggers constitue l’archétype des oeuvres publiées par cet éditeur.  Quatre cents pages serrées d’un récit qui scrute les profondeurs et les complexités du coeur humain. L’autrice australienne n’a pas son pareil pour immerger  les protagonistes  dans une nature sauvage  et sublime qui constitue  une toile de fond envoûtante. C’était déjà le cas avec son précédent roman “La mémoire des embruns” qui fut une révélation.  Karen Viggers  n’est jamais très loin de l’écriture d’une  Barbara Kingslover avec une petite touche australienne  qui déporte  légèrement l’aiguille de sa boussole stylistique. 

   Lex Handerson est écrivain et journaliste radio mais le malheur l’a frappé durement et son couple ne s’en est pas remis.  Il décide de faire un break et se réfugie à Merrigan dans un petit village isolé sur la côte australienne, un endroit oublié du tourisme malgré sa position privilégiée.  On s’y arrête pour faire le plein,  acheter le journal  ou prendre un café sur le chemin des plages plus au sud.  Lex va découvrir progressivement les habitants, leurs habitudes et leurs secrets.  Ses journées sont rythmées par le ressac de l’océan. Il est fasciné par la grâce des baleines qu’il aperçoit parfois passer au loin.  Il découvre d’ailleurs que le village a un rapport particulier avec les cétacés qui ont fait partie de son histoire pour le meilleur et pour le pire.

   La trajectoire de Lex va croiser celle de Calista, une jeune femme qui peint et roule dans un vieux combi Volkswagen  orange.  Elle aussi sort d’une période difficile et Lex va découvrir progressivement l’univers de cette artiste qui vit en dehors du village.  Ils ne vont pas tarder à se rapprocher mais cette relation va rapidement les confronter à leur passé.  

   Karen Viggers nous propose avec “La maison des hautes falaises” un roman émouvant  où deux êtres tentent de se reconstruire  au coeur d’une nature sauvage et magnifique. Parfois la guérison doit passer par la beauté du monde et le pari de l’amour… Un roman plein d’humanité qui confirme le talent d’une écrivaine  dont l’oeuvre se construit avec beaucoup  de finesse.  

Appoline SEGRAN

CULTURE-CHRONIQUE.COM encourage ses lecteurs à se rendre en librairie  afin de soutenir le réseau des librairies françaises. Vous pouvez aussi cliquer sur le logo "Lalibrairie.com", votre commande sera alors envoyée chez le libraire de votre choix. Enfin, hormis "Amazon", la plupart des librairies en ligne que nous vous proposons sont aussi des librairies de centre-ville que nous vous encourageons à découvrir. La santé du livre dépend de la santé des librairies. 

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter       

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :