Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
LOIN DE LA VIOLENCE DES HOMMES de John VIGNA :

    En Amérique du Nord un grand écrivain  commence sa carrière  en publiant des nouvelles. C’est l’étape nécessaire, le moment  où le style se forge dans le travail de l’écriture, nouvelle après nouvelle.  Depuis des années la collection “Terre d’Amérique” dirigée par Francis Geffard, chez Albin Michel, nous a offert de découvrir  de remarquables nouvellistes américains qui ne tardèrent pas à confirmer  leur talent en passant au roman. On pense à Richard Lange, Brady Udall, Jon Ramon,  Benjamin Percy, Holly Goddard Jones ou encore Dan Chaon.

   Cette fois “Terre d’Amérique” accueille le premier recueil de John Vigna qui vient approfondir la ligne éditoriale de la collection.  Les hommes et les femmes qui peuplent les nouvelles de l’écrivain canadien n’appartiennent pas à l’Amérique dont on parle, ce sont des gens ordinaires à qui le destin n’a pas accordé les meilleures cartes.  Ils vivent au coeur des forêts canadiennes, conduisant des camions, lorgnant les stripteaseuses après le travail, dormant dans des mobile home en suivant les zones de coupe forestières ou encore élevant des chiens de combat.   Vigna parvient à créer autour de ses personnages une atmosphère particulière à partir de notations minimalistes qui font insensiblement avancer l’action.   La quintessence de cette écriture basée sur l’épure se manifeste particulièrement dans la nouvelle intitulée “Zone de coupe” où en quelques pages magistrales l’écrivain parvient à raconter une destinée.

   Si les héros de Vigna cherche un peu de bonheur il faut bien reconnaître que ce dernier ne tient qu’à un fil.  L’écrivain peint la condition humaine avec un réalisme qui sait saisir, dans des instantanés plein de beauté et de mystère,  la fragilité  des liens qui unissent les êtres traversant ces nouvelles.  

   “Loin de la violence des hommes” révèle un écrivain canadien de grand talent qui parvient  à peindre  l’âpreté de  la vie  avec une empathie et un humanisme  qui le place  dans le sillage d’un Christian Kieffer où d’une Holly Goddard Jones.  

Archibald PLOOM 

CULTURE-CHRONIQUE.COM encourage ses lecteurs à se rendre en librairie  afin de soutenir le réseau des librairies françaises. Vous pouvez aussi cliquer sur le logo "Lalibrairie.com", votre commande sera alors envoyée chez le libraire de votre choix. Enfin, hormis "Amazon", la plupart des librairies en ligne que nous vous proposons sont aussi des librairies de centre-ville que nous vous encourageons à découvrir. La santé du livre dépend de la santé des librairies. 

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter       

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :