Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
LE GOÛT DU VENT SUR LES LÈVRES de Cédric MORGAN :

   Belle-Ile-en-Mer, la petite Louane, douze ans s’apprête à passer le Bac. C’est une enfant surdouée qui entretient des rapport lointains avec l’institution scolaire, pour tout dire elle préfère l’école buissonnière.  Louane est comme un chat. Un petit animal qui va et vient à sa guise, baguenaude à travers chemins et bois, ne réapparaissant qu’à l’heure du repas.  Marlène est sa mère adoptive et Blanche, sa confidente.  Elle n’est pas née à Belle-Ile mais fait corps avec l’ile, tant les paysages s’accordent avec sa personnalité complexe : “ l’abrupt des falaises,  les éperons des récifs, le choc des vagues, l’inconstances des brises, la lumière pure des matins, la pluie drue des averses, les nuages bousculés, les ciels candides lui parlaient une langue natale.” Louane a tellement de facilités scolaires qu’elle s’apprête à passer le Bac en candidate libre.  Même si elle se voit comme un champignon poussé au bord du sentier après la pluie, elle souffre de ne pouvoir se raccrocher à un passé, une histoire,  de ne pas s’inscrire dans une lignée. Née sous X, elle porte en elle une absence: l’idendité de sa vraie mère.

   Marlène, tient une chambre d’hôte. Un jour, Guillaume un sexagénaire vient s’installer dans la maison et Louane ne tarde pas à être intriguée par son comportement, ses questionnements et ses promenades obsessionnelles sur l’île.   Elle respire autour de lui un souffle, un vent d’ailleurs, où elle discerne un parfum  d’inconnu qui la grise.  Progressivement les contours de l’énigme  vont se réveler,   mêlant la grande Histoire,  les légendes , les lectures et les rêves.

   Après “Une femme simple” où Cedric Morgan rendait compte de la simplicité d’une vie qui s’accomplissait au rythme des jours et des marées ; on retrouve avec “Le goût du vent sur les lèvres” une écriture à la fois limpide et simple, pleine du souffle de l’océan et du tourment des âmes. L’écrivain parvient à peindre la quête de Louane dans un camaïeu de gris, de bleu  et de vert  profond.   Un très beau tableau d’une humanité au coeur battant et une jolie promenade en bord de mer. 

Archibald PLOOM 

CULTURE-CHRONIQUE.COM encourage ses lecteurs à se rendre en librairie  afin de soutenir le réseau des librairies françaises. Vous pouvez aussi cliquer sur le logo "Lalibrairie.com", votre commande sera alors envoyée chez le libraire de votre choix. Enfin, hormis "Amazon", la plupart des librairies en ligne que nous vous proposons sont aussi des librairies de centre-ville que nous vous encourageons à découvrir. La santé du livre dépend de la santé des librairies. 

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter       

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :