Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
COMME DES FEUX DANS LA PLAINE de Guy VANDERHAEGHE :

 Après “La dernière traversée” suivi de “Comme des loups” Guy Vanderhaeghe referme sa grande  fresque  sur la conquête de l’Ouest avec “Comme des feux dans la plaine”. L’écrivain canadien  revient sur des faits historiques  qui se déroulèrent  dans la seconde partie du XIXeme siècle au Canada et aux Etats-Unis.  Son fil conducteur passe par le personnage de Wesley Case.  Nous sommes en 1876 et Case vient de quitter l’armée canadienne.  Il fuit son père, une homme qui a réussi dans l’industrie du bois et qui fait preuve à l’égard de son fils d’un autoritarisme brutal.  Case a un projet, passer de l’autre côté  de la frontière  et recommencer une autre vie.

   On retrouve avec beaucoup de plaisir – il faut dire que la traduction de Michel Lederer y est aussi pour beaucoup -  la syntaxe flamboyante de Vanderhaeghe à la fois sinueuse et âpre,  épaisse comme une soupe de haricots.   L’écrivain canadien avance dans sa narration comme un prospecteur d’or, sondant le sol et les âmes avec une minutie d'entomologiste. “Mr Harding avait gagné  une fortune dans les terrains aurifères d’Héléna, mais à l'inverse de nombre d’autres prospecteurs, il ne l’avait pas dilapidée, bien au contraire. Il racheta des concessions qu’on croyait épuisées, apporta des innovations techniques comme d’immenses rampes de lavage et des broyeurs à vapeur capables jusqu’à la dernière once d’or de la pierre la plus coriace.” Le roman avance comme un train à vapeur dans les montagnes du Montana, puissant et libérateur, traversant les grands espaces avec un appétit d’ogre d’acier. 

   Wesley Case  qui rêvait de repartir à zéro va se voir confier une mission : assurer la liaison entre les militaires américains et canadiens au moment où les tensions avec les Sioux sont à leur paroxysme après la défaite de Custer à Little Bighorn… Vanderhaeghe peint cette vie d’homme  avec toutes ses aspérités, ses passions et ses faiblesses. Il se peut  qu’à la fin il ne reste plus rien qu’un peu de joie. “Comme des feux dans la plaine” nous offre cinq cents pages pleines d’une Amérique sauvage  et lyrique où  il fait bon se perdre…

Archibald PLOOM  

CULTURE-CHRONIQUE.COM encourage ses lecteurs à se rendre en librairie  afin de soutenir le réseau des librairies françaises. Vous pouvez aussi cliquer sur le logo "Lalibrairie.com", votre commande sera alors envoyée chez le libraire de votre choix. Enfin, hormis "Amazon", la plupart des librairies en ligne que nous vous proposons sont aussi des librairies de centre-ville que nous vous encourageons à découvrir. La santé du livre dépend de la santé des librairies. 

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter       

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE     

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :