Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
LA RUSE ET LA FORCE de Jean-Vincent HOLEINDRE :

Chez les grecs il y avait deux divinités qui  intervenaient  dans le développement  d’un conflit guerrier : Kratos , la force  et Mètis, la ruse.  Jean-Vincent Holeindre nous propose une réflexion passionnante autour de cette combinaison qui structure depuis l’origine l’histoire de la stratégie en occident.  Victor Davis Hanson remarque dans son ouvrage de référence “Le Modèle occidental de la guerre”  que la ruse n’apparait jamais comme un élément majeur de la stratégie. La force a davantage attiré l’attention des historiens. A ce titre “La ruse et la force” constitue une rupture radicale avec la doxa occidentale dans ce domaine.    L’enjeu de l’ouvrage de Jean-Vincent Holeindre est d’en finir avec le “modèle occidental de la guerre” dont la ruse serait exclue au motif qu’elle serait à la fois inefficace et illégitime.

   L’auteur qui est l’un des meilleurs spécialistes français en matière de stratégie va réfuter méthodiquement la lecture étroitement culturaliste de la stratégie, qui enferme les discours et les faits militaires dans des identités fixes et naturalisées. Il y a une véritable volonté de la part d’Holeindre de montrer ce que la ruse, dans la stratégie occidentale, doit à la ruse.  Il s’agit véritablement d’une histoire sur la longue durée, dialectique et généalogique, des relations entre la ruse et la force.

   L’historien met en évidence que ces deux approches de la stratégie renvoient à deux traditions militaires qui ont difficulté à cohabiter : les partisans de la ruse, à la suite d’Ulysse, mettent l’accent sur la manoeuvre, l’économie des forces, le mouvement, la surprise,  tandis que les partisans de la “force ouverte” après Achille ont la culture du nombre, du choc et de la concentration des moyens.

   La réflexion d’Holeindre très inspirée par l’ouvrage fondateur  “Les ruses de l’intelligence” de Jean-Pierre Vernant et et Marcel Destienne met en évidence les deux visages possibles de la guerre  : celui d’Achille et celui  d’Ulysse. A l’heure où les groupes terroristes développent des stratégies peu conventionnelles, la reconnaissance mutuelle entre soldats a laissé place à l’évitement, les attaques ciblées de drones répondant aux attentats suicides. On comprend alors que la lecture d’un tel ouvrage devient indispensable.  Une autre histoire de la stratégie qui permettra de penser autrement les guerres d’aujourd’hui et de demain.

Hugues DE SINGLY

CULTURE-CHRONIQUE.COM encourage ses lecteurs à se rendre en librairie  afin de soutenir le réseau des librairies françaises. Vous pouvez aussi cliquer sur le logo "Lalibrairie.com", votre commande sera alors envoyée chez le libraire de votre choix. Enfin, hormis "Amazon", la plupart des librairies en ligne que nous vous proposons sont aussi des librairies de centre-ville que nous vous encourageons à découvrir. La santé du livre dépend de la santé des librairies. 

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter       

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE   

 

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :