Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
SEANCE 17 : LA METEO :

La météo ne devrait avoir aucune incidence sur ma vie, je ne suis pas le batracien d’une comptine d’enfant.

« Il pleut, il mouille c’est la fête à la grenouille. »

Ce n’est pas pour moi.

C’est l’exact contraire, je suis un baromètre météorologique , fluctuant au gré du temps.

Je suis plutôt branchée soleil.

Avec une préférence temps doux que temps froid.

Un climat de printemps permanent avec un ciel bleu  m’irait parfaitement.

Mais là où  je vis, le ciel est souvent gris et le parapluie ne quitte pas mon sac.

Quand les soirs d’hiver, en sortant d’un bon restaurant un vent glacé me tombe sur l’estomac, le reste de la soirée est fichu !

Je suis née au soleil et j’en ai gardé des stigmates.

J’envie ceux qui ne voient pas le temps qu’il fait, ils marchent sans doute le nez sur leurs chaussures, ont un parapluie invisible au-dessus de leur tête et une peau de crocodile qui les protège des vents froids.

J’ai la peau fragile, les baisers des barbus provoqueraient des boutons. La pluie me mouille, le vent me glace, le ciel gris plombe mon moral.

Il faudrait n’être sensible qu’à sa propre météo, qu’elle ne soit pas contingentée par une météo extérieure.

La mienne est en prise directe avec dehors.

Je suis ainsi faite, la météo extérieure est inscrite dans mon cerveau.

Je n’arrive pas à faire abstraction des contingences du temps.
Je me réveille, je regarde par la fenêtre et pour vérifier que le ciel ne se trompe pas, j’ausculte mon Iphone.

Et selon, je bougonne ou pas.

Il faut reconnaître qu’au printemps s’habiller prend du sens.

Sous les nombreuses couches d’oignon comment rester élégante ?

La mode de la doudoune a fait beaucoup de tort aux femmes.

J’ai succombé comme beaucoup, car il faut reconnaître que c’est d’une grande efficacité contre le froid mais son but premier est de protéger du froid, pas de séduire.

Et quand revient le printemps, je fais comme le papillon qui sort de son cocon.

Je quitte la doudoune douillette, pour des tenues plus légères et plus printanières qui donnent envie.

Et je revis.

Marmotte l’hiver : quand il fait froid, que faire à part se réfugier sous la couette et se réchauffer contre le corps de son  chéri ?

 ALICIA RAHO (2011) Texte extrait de « Monologue avec mon Psy© » avec l'autorisation de l'auteure

Lire la séance 18

Relire le feuilleton des séances depuis le début

-                                     -

---   Le Facebook d'Alicia RAHO 

---   Le site de l'illustratrice   

 

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :