Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
LES LIEUX ET LA POUSSIERE de Roberto PEREGALLI :

     Explorer les ruines, les examiner et les considérer sous un regard neuf voilà le travail auquel s’est livré le philosophe italien – remarquablement traduit par Anne Bourguignon – Roberto Peregalli dans ce remarquable petit ouvrage au titre évocateur “Les lieux et la poussière”.  L’auteur dans ses déambulations au coeur des ruines souligne, par sa démarche même,  la fragilité du monde dans lequel nous vivons.  Les ruines – le philosophe ne s’intéresse pas dans cet essai aux ruines archéologiques – soulignent ces accidents, qui s’inscrivent dans le long processus de vie des bâtiments construits par l’homme, et qui finiront inéluctablement par vieillir et dépérir.

   Robert Peregalli veut par son travail, accompagné de nombreuses photos en noir et blanc, montrer la fragilité même de la vie que notre société tente constamment d’exorciser sous des lumières violentes et des surfaces pâles et ternes. “Le déclin est constitutif de l’être. Tout décline, se corrompt, se défait. Mais ce déclin est un fragment de notre être. Une lumière intermittente à cause d’une ampoule capricieuse, un phare qui reste éteint peut donner un charme poétique à des lieux qui d’ordinaire sont inhospitaliers.”   La ruine replace les rêves des mortels à leur juste condition, en particulier ceux des architectes qui cherchent constamment à faire plus grand, plus haut, plus long dans ce qui finit par tourner à une forme de pornographie au service du pouvoir.   Leurs créations manifestent l’hybris humain, celui d’une volonté de puissance inconditionnée.

  Le philosophe, dans un texte d’une grande densité, pointe aussi la peur du vide combattue par une mécanique du remplissage.  “ On veut remplir chaque espace disponible. A peine voit-on un terrain en friche , un pré avec des arbres qui ont poussé sans l’intervention de l’homme, qu’on veut aussitôt arracher, déplacer, détruire pour y construire  des édifices sans forme, ni règle, ni harmonie, l’acharnement contre les constructions du passé, sans défense, abandonnées engendre des monstres.” La critique est sévère, parfois implacable et elle propose un état des lieux qui réintroduit l’intime dans les terrains vagues, les friches, les ruines.  De Tanger à Kyoto en passant par Paris et Milan, Roberto Peregalli  nous propose  une méditation  sur le destin de ces lieux enveloppés de quiétude et de silence et qui renvoie implacablement  à notre propre déclin immergé lui dans le bruit assourdissant de ceux qui ne veulent rien entendre de la vérité du monde.

Archibald PLOOM 

CULTURE-CHRONIQUE.COM encourage ses lecteurs à se rendre en librairie  afin de soutenir le réseau des librairies françaises. Vous pouvez aussi cliquer sur le logo "Lalibrairie.com", votre commande sera alors envoyée chez le libraire de votre choix. Enfin, hormis "Amazon", la plupart des librairies en ligne que nous vous proposons sont aussi des librairies de centre-ville que nous vous encourageons à découvrir. La santé du livre dépend de la santé des librairies. 

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter       

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE 

 

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :