Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
GUERILLA SOCIAL CLUB de Marc FERNANDEZ :

Marc Fernandez  est tombé depuis longtemps dans l’encre de seiche mais à la mode hispanique, et pour cause  il a été, en tant que journaliste, en charge de l’Amérique latine pour “Courrier International”, un poste qui lui a permis  de découvrir la part d’ombre de certains pays de ce continent. Il est aussi l’auteur  de l’excellent “Mala Vida”, récit glaçant qui dévoile un épisode  refoulé de la période franquiste.   Cette fois il nous propose avec “Guérilla social club”  un roman qui fait le grand écart entre l’Europe et l’Amérique latine.  L’action démarre à Madrid où deux hommes sont portés disparus puis retrouvés morts, leurs corps terriblement mutilés. Ces crimes vont se reproduire selon le même mode opératoire  à Paris et à  Buenos  Aires.  Entre  les victimes  un seul point commun : ils ont tous  été des opposants  aux dictatures  des années 1970 et 1980.

   Le journaliste madrilène   Diego Martín  connaissait l’une des victimes et il décide d’enquêter sur l’affaire aidé par la détective Anna Durán et l’avocate Isabel Ferrer. Les ramifications de   leur enquête vont rapidement les entrainer  de l’Espagne en Argentine, puis au Chili.  Leurs découvertes  expliqueront les crimes mais révèleront  aussi le passé d’une guerre secrète  que se sont livrés  guerilleros  et certaines factions  paramilitaires de l’époque.  Marc Fernandez reconstitue avec beaucoup de talent  l’atmosphère mortifère de cette période si particulière de l’histoire de l’Amérique  latine.  Les combats de l’époque ressurgissent avec  une incroyables brutalité  révélant des blessures qui ne sont jamais refermées.  La dimension historique du roman    fait franchement froid dans le dos,  mettant en évidence  les monstrueuses  pratiques  inhérentes  à ces dictatures.

  “Guérilla social club”  confirme  les qualités  de l’écrivain  qui  construit son roman  sur une solide documentation et  une vraie capacité  à rendre  l’enquête des trois protagonistes crédible.   L’Histoire est au coeur  d’un récit  d’une grande efficacité qui ne livrera sa vérité  qu’à la dernière page. Très fort ! 

Archibald PLOOM  

CULTURE-CHRONIQUE.COM encourage ses lecteurs à se rendre en librairie  afin de soutenir le réseau des librairies françaises. Vous pouvez aussi cliquer sur le logo "Lalibrairie.com", votre commande sera alors envoyée chez le libraire de votre choix. Enfin, hormis "Amazon", la plupart des librairies en ligne que nous vous proposons sont aussi des librairies de centre-ville que nous vous encourageons à découvrir. La santé du livre dépend de la santé des librairies. 

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter       

 

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE 

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :