Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
MADAME DE STAËL de Ghislain DE DIESBACH :

Elle fut l’un des plus grands esprits des Lumières, son intelligence  éclaira ses contemporains d’un feu vif  et profond,  sans être française elle fut cependant  le flambeau d’une exigence de pensée qui caractérisa la France de l’époque. En d’autres termes Germaine de Staël fut la parfaite contradictrice de son compatriote Rousseau qui trouvait bien suffisant de fournir aux filles une éducation qui les limitaient aux travaux d’aiguille.  La biographie éponyme de Ghislain de Diesbach nous offre une merveilleuse redécouverte de cette personnalité hors norme qui écrivait à son propre sujet : “Je suis une personne avec laquelle et sans laquelle on ne peut vivre.”

   Comme le souligne avec justesse l’historien spécialiste de la période,  Germaine de Staël  avait un rapport narcissique avec l’empreinte qu’elle souhaitait laisser dans l’histoire . Elle  écrit  dans son ouvrage “De l’influence des passions” : “ C’est une jouissance enivrante, que de remplir l’univers de son nom,  d’exister tellement au delà de soi qu’il soit possible de se faire illusion sur l’espace et la durée de sa vie…”  Reste que son intelligence déliée  et inspirée a suscité l’admiration de beaucoup de ses contemporains  et l’acrimonie de quelques uns.  A l’instar de Voltaire, elle est universelle en même temps qu’unique. Auteur à succès, elle ne se limite pas à la littérature, elle ignore les querelles de cénacles où les jalousies de confrères, peut être parce qu’elle se sent supérieure à tous ses rivaux. Femme d’affaire avisée, elle gère avec prudence une fortune  dont elle fait un usage éclairé.  Elle est une voyageuse infatigable, moins par goût que par nécessité mais tirant profit  des errances auquel l’exil la condamne.  Elle tentera tout au long de sa vie  de jouer un rôle politique, domaine dans lequel  elle subit beaucoup de désillusions.

   Sur le plan des sentiments elle sera mariée jeune à un homme de trente sept ans son ainé  dont elle dira : “De tous les hommes que je n’aime pas, c’est celui que je préfère.”   Elle aura des amants qui  seront généralement  des déceptions  car elle est plus prudente  dans la gestion de sa fortune que dans celle de son coeur.  Sa passion pour Benjamin Constant la laissera déchirée.

   Ghislain de Diesbach  nous propose avec “Madame de Staël” une peinture complète – soulignons la qualité de l’index -,  rythmée et hyper documentée d’une femme exigeante et tourmentée dont les ambitions furent multiples  et les talents nombreux.  Cette biographie offrira au lecteur un infini bonheur de découverte et d’intelligence.

Hugues DE SINGLY  

CULTURE-CHRONIQUE.COM encourage ses lecteurs à se rendre en librairie  afin de soutenir le réseau des librairies françaises. Vous pouvez aussi cliquer sur le logo "Lalibrairie.com", votre commande sera alors envoyée chez le libraire de votre choix. Enfin, hormis "Amazon", la plupart des librairies en ligne que nous vous proposons sont aussi des librairies de centre-ville que nous vous encourageons à découvrir. La santé du livre dépend de la santé des librairies. 

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter       

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE 

 

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :