Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
L’INVITÉ SANS VISAGE de Tana FRENCH :

   Pas facile de démarrer en tant qu’inspectrice dans  une brigade criminelle de Dublin ! Antoinette Conway en rêvait mais la réalité qu’elle découvre est très loin de ce qu’elle espérait. Elle qui voulait botter les fesses de toutes les brutes de la ville se retrouve à traiter des affaires ingrates et sans intérêt et lors des gardes de nuit elle s’ennuie à mourir. Et pour ne rien  arranger elle doit subir plaisanteries et harcèlement d’une gente masculine aussi peu compréhensive à son égard que salement libidinale.  Heureusement il y a son binome, Stephen Moran,  qui apprécie de travailler avec elle.  Antoinette est presque au point de rupture quand elle va se retrouver avec Stephen sur une nouvelle enquête.

   “L’invité sans visage” fait rapidement basculer le lecteur dans un récit hyper psychologique où le doute devient rapidement la pierre angulaire de la narration. Quand Conway et Moran découvrent le corps sans vie d’Aislinn Murray, une jolie blonde piquante, au pied d’une table dressée pour un diner romantique, tout semble accuser son petit ami.  Le passé de la victime ne révèle aucune aspérité et l’affaire aurait eu toutes les allures du dossier sans grand intérêt  si une amie de la victime n’avouait au détour d’un interrogatoire de routine qu’elle savait  Aislinn en danger.  Et puis Antoinette a la curieuse sensation d’avoir déjà rencontré la victime, impression qui va s’amplifier à mesure que l’enquête avance.   Ce que vont découvrir les deux inspecteurs  va assombrir l’image lisse de la victime.

      “L’invité sans visage”   est un thriller profondément irlandais par son contexte mais il faut reconnaitre que Tana French ne fait pas de cadeau aux policiers de ce pays tant ils sont  sexistes,   brutaux et méprisants. L’écrivaine américaine a su faire d’Antoinette Conway l’archétype du policier obsédé par la vérité  mais elle nous la rend aussi plus proche par son combat  contre un environnement  d’une misogynie insupportable. Plus de cinq cents pages d’une grande intensité narrative qui retient le dénouement jusqu’au terme du roman mais en conservant une profondeur psychologique qui en fait une oeuvre à part.

Archibald PLOOM

CULTURE-CHRONIQUE.COM encourage ses lecteurs à se rendre en librairie  afin de soutenir le réseau des librairies françaises. Vous pouvez aussi cliquer sur le logo "Lalibrairie.com", votre commande sera envoyée chez le libraire de votre choix. Enfin, hormis "Amazon", la plupart des librairies en ligne que nous vous proposons sont aussi des librairies de centre-ville que nous vous encourageons à découvrir.

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter    

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE  

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :