Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
L’AFFAIRE ISOBEL VINE de Tony CAVANAUH :

   Tony Cavanauh ne doit pas être content car cela fait un moment qu’on le présente comme le “Michael Connoly australien” !  C’est agaçant de voir son existence littéraire affublée d’un double prestigieux ! Evidemment la comparaison est flatteuse mais tout lecteur de polars anglo-saxons sait que Cavanaugh  se suffit à lui même. Il est s’est forgé une solide réputation de spécialiste du thriller dans son pays mais aussi aux Etats Unis grâce à une série de best-sellers aux titres évocateurs : “Promise” , “The Soft  Touch”,  “Dead Girl Sing” ,  “The Train Rider”.  “L’affaire Isabelle Vine” est le premier roman de Cavanaugh traduit en français  - au passage il faut rendre hommage au remarquable travail de traduction de Fabrice Pointeau – qui nous permet de découvrir un auteur injustement méconnu dans notre pays.  Publié dans les pays de langues anglaises sous le titre “Kingdom of the Strong”  il se présente sous la forme  d’un roman profondément melbournien puisque Melbourne – très jolie ville de la côte sud-est de l’Australie -  est le coeur même de la narration cavanaughienne.

    Tout part d’une petite phrase aux conséquences considérables : “ J’ai fait quelque chose, il y a environ vingt ans, quelque chose qui pourrait être révélé maintenant , qui pourrait anéantir ma réputation.”   Celui qui parle est  le futur chef de la police et l’affaire  concerne de très près les services de police. C’est pourquoi Darian Richards  qui s’était  retiré de la Brigade des homicides qu’il dirigeait depuis des années  pour prendre du recul  est rappelé  pour faire toute la lumière sur une vieille affaire : en 1990 la jeune Isobel Vine est retrouvée morte  à son domicile après une fête  qu’elle avait organisé.  Quatre jeunes flics avaient participé à cette fête ce qui avait alors rendu l’enquête un peu compliquée. Meurtre ? Suicide ? Accident ? L’affaire avait été classée sans suite mais le doute persistait jusqu’alors.  L’obstination de Darian Richards aura-t-elle raison des obstacles qui vont se dresser devant lui ?

   Cavaunaugh joue avec beaucoup d’efficacité sur la psychologie de ses personnages et en particulier celui d’un Darian Richards, un dur à cuir qui ne se laisse imposer sa feuille de route ni par les hommes, ni par les circonstances.  L’écriture est rapide, vive  et souvent brutale emportant  le lecteur dans les méandres d’une enquête où les morts croisent souvent les vivants.  Une remarquable découverte !

Archibald PLOOM  

CULTURE-CHRONIQUE.COM encourage ses lecteurs à se rendre en librairie  afin de soutenir le réseau des librairies françaises. Vous pouvez aussi cliquer sur le logo "Lalibrairie.com", votre commande sera alors envoyée chez le libraire de votre choix. Enfin, hormis "Amazon", la plupart des librairies en ligne que nous vous proposons sont aussi des librairies de centre-ville que nous vous encourageons à découvrir. La santé du livre dépend de la santé des librairies. 

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter       

 

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE 

Partager cette chronique:
Polars
Rechercher par Auteur :