Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
LITTLE GIRL GONE d'Alexandra HURT :

Incroyable thriller que ce “Little Girl Gone” qui vous retient au fond du puits pendant que l’eau monte.  Il faut dire  que celle qui l’a écrit Alexandra Burt est membre de “Sister’s in Crime”  le fameux cercle des femmes  autrices de polars.  Burt connait ses gammes et ce qui aurait pu être un coup d’essai s’est révélé être définitivement un coup de maître.  Ce qui est le plus fort  dans son approche du récit  tient au fait qu’elle part de presque rien. Tout commence, en effet, par une absence définitive, comme si quelque chose de la réalité n’avait simplement jamais existé. Burt part d’un cauchemar  et le pire c’est que le lecteur n’arrive pas à se réveiller.

   De quoi s’agit-il ? New-York. Une jeune mère, Estelle Paradise,  s’aperçoit à son réveil que sa fille Mia, âgée de sept  a disparu de sa chambre. Tout a disparu, ses vêtements, ses jouets, ses biberons.  Aucune trace d’effraction. La porte d’entrée de son appartement est fermée à double tour.  Pour Estelle qui sort d’une longue dépression post partum, c’est la panique.  Elle va mettre plusieurs jours à signaler la disparition de Mia à la police. 

Devant  les explications alambiquées de la jeune femme  et l’absence  de preuves les enquêteurs se mettent à douter bientôt relayés par les médias qui voient dans cette affaire  un excellent feuilleton qui fait vendre.  Estelle Paradise devient rapidement  le suspect numéro un y compris au yeux de son mari qui ne la comprend plus depuis sa dépression. Seule contre tous Estelle  va devoir rassembler ses forces et tout tenter  pour  retrouver  sa fille . 

    Alexandra Burt réussit un thriller  qui place le lecteur en permanence sur le fil du rasoir.  Jouant avec un formidable talent sur la psychologie des personnages Burt parvient à porter le récit à l’incandescence ne laissant aucun répit  à ceux qui ont eu l’idée de lire le début de “Little Girl  Gone”. Le piège de papier se referme et seule la dernière page fournira au lecteur la possibilité de sortir de ce cauchemar. Attention cependant à la crise de tachycardie…

Archibald PLOOM  

CULTURE-CHRONIQUE.COM encourage ses lecteurs à se rendre en librairie  afin de soutenir le réseau des librairies françaises. Vous pouvez aussi cliquer sur le logo "Lalibrairie.com", votre commande sera alors envoyée chez le libraire de votre choix. Enfin, hormis "Amazon", la plupart des librairies en ligne que nous vous proposons sont aussi des librairies de centre-ville que nous vous encourageons à découvrir. La santé du livre dépend de la santé des librairies. 

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter       

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :