Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
DES ROBOTS ET DES HOMMES de Laurence DEVILLERS :

Laurence Devillers qui publie “Des robots et des hommes” est professeure d’informatique à l’université Paris-Sorbonne et chercheuse au LIMSI-CNRS où elle travaille sur l’interaction homme-machine, la détection des émotions, le dialogue oral,  l’éthique et la robotique.  Elle était la spécialiste toute désignée pour transmettre  au plus grand nombre  sa réflexion sur ces différentes thématiques et reconnaissons  que c’est une lecture tout à fait éclairante  pour ceux qui  se sont arrêtés à l’oeuvre déjà ancienne   d’Isac Asimov  qui avait fixé les trois  lois relatives  au rapport des robots avec les hommes :

-      Un robot ne peut blesser un être humain ni, par son inaction,  permettre qu’un humain soit blessé.

-      Un robot doit obéir aux ordres donnés par les êtres humains, sauf si de tels ordres sont en contradiction avec la Première Loi.

-      Un robot doit protéger sa propre existence aussi longtemps qu’une telle protection n’est pas en contradiction avec la Première et/ ou la Deuxième Loi.

    Ce sont des lois qui conservent toute leur actualité avec l’émergence des robots sociaux qui sont du point de vue informatique une entité complexe pouvant être pilotée par plusieurs ordinateur, et qui regroupe des fonctions correspondant  à différents programmes.  Mais ils sont aussi des objets  d’une nature différente d’autres objets car ils peuvent se substituer à l’homme, simuler des caractéristiques du vivant, se déplacer dans un environnement humain.  Laurence Devillers explore toutes les possibilités qu’offrent ou vont offrir les robots sociaux et les assistants virtuels.  Certains imaginent même d’utiliser  des robots sexuels pour soigner  les pathologies sexuelles les plus graves.  Elle explique qu’il n’existe pas encore de robots moraux  mais on peut imaginer  que ce pourrait être une possibilité. Certains chercheurs pensent que des robots soldats pourraient se comporter plus moralement  sur un champ de bataille que des hommes. Pour d’autres il parait impossible qu’un sens moral soit codé sur les robots car ils ignorent la souffrance. Le défi est de créer une machine suffisamment  intelligente  pour avoir une “conscience  morale”, ou au moins un premier niveau de conscience de soi.

   Au terme de son ouvrage Laurence Devillers prolonge  les trois lois d’Asimov en proposant onze commandements  pour les robots sociaux qui sont le fruit d’une réflexion approfondie sur le sujet. Ces onze commandements ouvrent finalement une nouvelle réflexion sur l’intelligence artificielle, indispensable car tout ne fait que commencer. 

Archibald PLOOM

CULTURE-CHRONIQUE.COM encourage ses lecteurs à se rendre en librairie  afin de soutenir le réseau des librairies françaises. Vous pouvez aussi cliquer sur le logo "Lalibrairie.com", votre commande sera alors envoyée chez le libraire de votre choix. Enfin, hormis "Amazon", la plupart des librairies en ligne que nous vous proposons sont aussi des librairies de centre-ville que nous vous encourageons à découvrir. La santé du livre dépend de la santé des librairies. 

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter       

 

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE 

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :