Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
FUGITIFS de Christopher SORRENTINO :

    La mise en abyme est une technique littéraire que les écrivains apprécient particulièrement surtout quand il s’agit de mettre  en scène un écrivain.  Stéphen King l’avait déjà proposé à plusieurs reprises avec une étonnante efficacité. Christopher Sorrentino “Fugitifs” réinvente l’exercice avec bonheur en mettant en scène son alter ego Sandy Mulligan, un écrivain new-yorkais qui s’exile dans une petite ville du Nord-Michigan, Cherry City, pour terminer l’ouvrage sur lequel il travaillait depuis des mois.  Chaque jour il se rend dans la petite bibliothèque  de Cherry City pour écrire. Le pavillon qu’il loue est trop grand pour lui car il est venu sans sa famille. Déménager était une manière, pour lui, de renouveler son rapport à son environnement. A New-York, Sandy se laissait facilement embarqué sur internet dans des discussions avec de parfaits inconnus. Il pouvait y passer des heures avec, au terme de ses pérégrinations, sur la toile un vague sentiment de honte.  A Cherry City les choses étaient bien différentes, Sandy se contentait de déambuler dans les rues désertes de la ville.

    Bientôt  Mulligan va faire la rencontre de John Salteau, un conteur, spécialistes des histoires et légendes indiennes qu’il sait faire revivre avec un formidable talent. Il fait aussi connaissance de Kat Danhoff, une jeune journaliste. Pour ces trois là raconter des histoires est une seconde nature, le coeur même de leur existence.  Mais chacun d’eux cache derrière ses récits une part de secret qui n’a pas grand chose à voir avec l’image qu’il renvoie aux autres.  C’est un crime qui va avoir lieu à Cherry City qui va  faire exploser  le miroir des apparences derrière  lequel  Sandy, John et Kat se cachent.  Leur vie va rapidement basculer dans une spirale  infernale où la réalité dépasse de très loin les fictions qu’ils inventent.

    Christopher Sorrentino installe progressivement une atmosphère qui passe de la quiétude à un climat de plus en  étouffant. On est happé par l’univers que l’écrivain nous propose et la complexité des personnages qu’il construit par petites touches.  “Fugitifs” est un roman ambitieux et virtuose qui examine avec acuité les possibles qu’offre la dimension fictionnelle.  Un roman qui ne lâche rien à partir de l’instant où Sorrentino enclenche la mécanique romanesque. C’est très fort et formidablement réussi.   

Archibald PLOOM

CULTURE-CHRONIQUE.COM encourage ses lecteurs à se rendre en librairie  afin de soutenir le réseau des librairies françaises. Vous pouvez aussi cliquer sur le logo "Lalibrairie.com", votre commande sera alors envoyée chez le libraire de votre choix. Enfin, hormis "Amazon", la plupart des librairies en ligne que nous vous proposons sont aussi des librairies de centre-ville que nous vous encourageons à découvrir. La santé du livre dépend de la santé des librairies. 

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter        

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE 

 

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :