Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
MONSTRES ET MONSTRUOSITÉS de Laurent LEMIRE :

 La nature a ses anomalies qui portent le nom de monstres, le monstrueux, de son côté, renvoie à l’anormalité de l’homme. Georges Bataille utilisait à ce sujet l’expression de “part maudite”.  Laurent Lemire nous propose une variation sur ce thème dans son ouvrage  intitulé “Monstres et monstruosités   à travers un voyage dans l’histoire, dans les mythologies,  dans les sciences humaines, dans la criminologie, dans le droit  et ce que l’on peut constater  c’est la prégnance de ce motif.  On voudrait ne pas voir  ce que monstre nous montre mais ce que pointe l’auteur  c’est justement que le monstre, c’est justement celui qui montre.  Dans l’art contemporain on parle souvent de monstration pour qualifier le spectacle d’une exposition ou la démarche d’un créateur.  Mais étymologiquement, le monstre est moins celui qui montre  - du verbe latin monere – que celui qui avertit, qui met en garde. Il nous alerte sur des dangers qui ne sont pas si loin de nous . 

   Lemire nous invite à oberver le monde des monstres qui s’agite devant nous, sur nos écrans,  dans nos esprits.  Le périple  que nous offre l’ouvrage nous ramène à des temps reculés, aux premiers temps de l’humanité quand le normal ne se distinguait pas vraiment de l’anormal.  Aristote  écrivait sur le sujet  que la monstruosité était seulement un objet en opposition à ce qui se passait le plus ordinairement dans la nature. Mais en vérité depuis la nuit des temps l’homme s’est effrayé de ce qu’il pouvait devenir.  Comme le suggère l’auteur  “le monstre nous renvoie à l’instabilité  de l’existence, à cette possibilité  du basculement vers autre chose, vers la chose.  Dans cette angoisse ondoyante, il y a bien sûr le corps parfait vanté dans les publicités et, en conséquence, la hantise du corps dégradé.”

   Cette plongée dans l’anormalité ne sera cependant pas seulement dans celle du corps car la monstruosité  peut se loger dans des cerveaux malades.  Ce que démontre ce passionnant ouvrage  c’est que  voyager  parmi les monstres, la monstruosité et le monstrueux  c’est finalement interroger notre rapport  entre eux et nous, ce qui nous différencie, ce qui nous unit, ce qui nous effraie. Lire  “Monstres et monstruosités” c’est finalement découvrir ce que le monstre nous apprend. 

Hugues DE SINGLY

CULTURE-CHRONIQUE.COM encourage ses lecteurs à se rendre en librairie  afin de soutenir le réseau des librairies françaises. Vous pouvez aussi cliquer sur le logo "Lalibrairie.com", votre commande sera alors envoyée chez le libraire de votre choix. Enfin, hormis "Amazon", la plupart des librairies en ligne que nous vous proposons sont aussi des librairies de centre-ville que nous vous encourageons à découvrir. La santé du livre dépend de la santé des librairies. 

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter        

 

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE 

 

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :