Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
AU NOM DES PÈRES d’Oliver BOTTINI :

   Oliver Bottini est en Allemagne un auteur reconnu dans le domaine du roman noir.  Les éditions de l’Aube ont déjà publié “Meurtre sous le signe du Zen” et “L’Eté des meurtriers” deux romans qui ont révélé une écriture, une manière toute particulière d’approcher  la réalité que vivent les policiers germanophones.  Une narration tendue, des dialogues courts et sans afêteries, des descriptions sobres, le style bottinien fonctionne dans une impressionnante économie de moyen.  “Au nom des pères”  prolonge la veine inspirée  d’une complexité  narrative assumée et d’une écriture qui prend son temps.

    Il n’est jamais bon d’être réveillé par un Requiem mais c’est pourtant ce qui va arrivé à Paul Niemman et  les événements qui vont se succéder par la suite vont ressembler  à un cauchemar. C’est l’automne. La saison incline à la mélancolie.  Un homme survient aux mains énormes, foncées, pleines d’égratignures. Un homme qui parle une langue de l’Est et qui le menace.  Il demande à Niemman de quitter sa maison dans les sept jours, la maison est à lui et il doit partir.  Sept jours plus tard la maison est dévastée par un incendie.  Le lecteur en est réduit au départ à des conjectures. Quels liens unissent ces deux hommes ? Quelles zones d’ombres partagent-ils ?  La force du récit Bottinien tient à sa capacité à délivrer des fragments de vérité par petites touches puis à brouiller à nouveaux les cartes. Son écriture se déploie comme un voile narratif qui cache autant qu’il révèle.  Bottini joue constamment sur l’ambivalence des psychologies, des vérités et des faits. 

   Le texte se déroule aussi mélancolique que le temps qu’il fait à cette période de l’année.  On se glisse alors dans les méandres d’une enquête menée par Louise Boni, un flic qui s’est sortie péniblement de son addiction à l’alcool et qui n’a plus guère le goût de la procédure ni du respect de la hiérarchie. Ses investigations et son obstination vont la conduire jusqu’en Croatie où  la grande Histoire l’attend.

   “Au nom des pères”  est un roman âpre où l’écho  d’événements passé  devient assourdissant à mesure que l’enquête avance.  La traduction de Didier Debord a su rendre le style bottinien  et l’efficacité  de son écriture pour le plus grand plaisir du lecteur.  Un vrai roman noir allemand !

Archibald PLOOM

CULTURE-CHRONIQUE.COM encourage ses lecteurs à se rendre en librairie  afin de soutenir le réseau des librairies françaises. Vous pouvez aussi cliquer sur le logo "Lalibrairie.com", votre commande sera alors envoyée chez le libraire de votre choix. Enfin, hormis "Amazon", la plupart des librairies en ligne que nous vous proposons sont aussi des librairies de centre-ville que nous vous encourageons à découvrir. La santé du livre dépend de la santé des librairies. 

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter        

 

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :