Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
L’ARITHMÉTIQUE DU MAL de Raphaële ESCHENBRENNER :

     L’arithmétique du mal” de Raphaëlle Eschenbrenner nous propose une vision sans concession de l’Amérique profonde, celle qu’un lecteur français ne peut pas imaginer.   Ethel est française et vit aux Etats-Unis, jusque là rien de très exceptionnel mais les choses deviennent plus intéressantes quand elle se rend dans la banlieue d’Indianapolis au coeur du Midwest pour un contrat de quelques mois de peintre en bâtiment. Pour Ethel  c’est une nouvelle vie qui commence, elle va devoir s’adapter  aux moeurs  locales, à un travail  en équipe et à la monotonie d’une existence d’où la fantaisie est totalement absente,  c’est sans doute tout l’intérêt  du roman.

    Raphaële Eschenbrenner  place habilement un regard hexagonal en plein coeur d’une Amérique qui vit à des années lumière de la Maison Blanche. Evidemment Indianapolis n’est pas une ville anecdotique mais il en existe des dizaines de répliques aux Etats Unis et c’est exactement la même chose pour les suburbs qui se ressemblent toutes.  Ethel nous permet de découvrir l'Amérique des classes populaires très loin d’un “way of life”  qui ne fait plus recette. Ce n’est pas, en effet, leurs maigres revenus qui leur permettent de rêver à une vie meilleure. Eschenbrenner décrit une société où le modèle social est totalement en panne et où l’espoir a reflué comme la mer les jours de grandes marées.  Son personnage travaille dans un lieu de démesure, la réplique d’un château français qu’un milliardaire  ce fait construire, c’est là tout le paradoxe de la société américaine : d’un côté  la folie architecturale de celui qui peut tout se permettre – au bas mot deux mille six cents mètres de surface habitable - , de l’autre  des êtres qui misent à la lisière du déclassement. Ethel découvre les préjugés de race, la violence, la débine et l’isolement dont sont victimes ceux avec qui elle partage ses journées de labeur. Le plus inquiétant tient sans doute au fait que personne ne semble s’offusquer du malheur qui prend les uns et les autres à la gorge ; le lecteur comprend que le déni s’incarne en chaque être comme la manifestation d’un refoulement général. Ethel observe ce monde avec les yeux du Candide qui prend progressivement conscience qu’il ne vit pas dans le meilleur des mondes.

   "L'arithmétique du mal" est un roman impitoyable que l'on reçoit comme une gifle et qui laisse au lecteur un goût de sang dans la bouche. L’écrivain a su prendre cette Amérique du Midwest sur le vif à travers la peinture d’êtres ordinaires aux prises avec diverses formes d’insécurité. D’évidence le modèle social américain est à bout de souffle mais personne ne le remet en cause. C’est toute la force de ce roman : mettre à nu l’évidence de ce qui est tu.   A lire de toute urgence !

Archibald PLOOM

CULTURE-CHRONIQUE.COM encourage ses lecteurs à se rendre en librairie  afin de soutenir le réseau des librairies françaises. Vous pouvez aussi cliquer sur le logo "Lalibrairie.com", votre commande sera alors envoyée chez le libraire de votre choix. Enfin, hormis "Amazon", la plupart des librairies en ligne que nous vous proposons sont aussi des librairies de centre-ville que nous vous encourageons à découvrir. La santé du livre dépend de la santé des librairies. 

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter        

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE 

 

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :