Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
ADOLF HITLER - L’ASCENSION (1889 – 1939) de Volker ULLRICH :

   Si vous cherchez une bonne biographie d’Hitler,   celle de l’historien Allemand Volker Ullrich intitulée “L’ascension 1889-1939 ne manquera pas de vous captiver.  Ian Kershaw nous avait  déjà proposé un remarquable travail sur le sujet, très axé sur le personnage d’Hitler,  Ullrich  examine, de son côté,   avec beaucoup d’acuité l’univers intime  et le domaine  politique où celui qui allait  devenir le Fuhrer  exercera  son talent maléfique.  Près de mille pages  accompagnées  d’un solide appareil de notes rejeté à la fin du second volume.   Ce n’est cependant que la première  partie d’une biographie qui  devra se prolonger sur la période qui englobe la seconde guerre mondiale jusqu’à la mort d’Hitler.

   Volker Ullrich  explique dans sa préface qu’il est  indispensable de présenter Hitler comme un représentant  de la communauté humaine. Pour lui on commet un grave erreur en croyant  que le criminel  du siècle était forcément un monstre. Cette tendance diabolisante a longtemps  dominé  la recherche historique  autour du personnage Hitler.  Reste que faire le portrait d’Hitler  en tant qu’être humain  ne revient pas, évidemment,  à éveiller des sympathies pour lui ou a fortiori  banaliser ses crimes.

   Cette première partie  traite  de l’ascension d’Hitler  et son intérêt  tient au fait qu’il met en exergue  qu’il ne s’agit pas d’une suite de succès ininterrompue.  Volker Ullrich  montre au contraire  que la carrière d’Hitler  a été constamment  menacée d’échec, et de la manière la plus significative après le putch raté  de novembre 1923 et la défaite électorale désastreuse de 1932. Ce que  met en lumière l’historien allemand  c’est que le chemin  vers le pouvoir d’Hitler ne fut en aucun cas irrésistible : en 1933 encore on aurait pu empêcher sa nomination au poste de Chancelier  du Reich.  Il doit beaucoup au fait que ses adversaires politiques le sous estimaient.

    Cette première partie constitue un portrait  historique qui  sort des vieux réflexes  analytiques  qui ont caractérisé la recherche  historique dans ce domaine depuis une quarantaine d’années.  Ce travail historique est l'œuvre d’une vie  qui nous renseigne beaucoup sur la  nécessité de rester vigilant face à la montée de certains périls politiques.

Hugues DE SINGLY  

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :