Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
COBAYES de Robin COOK :

    Robin Cook sait jouer sur les terreurs qui nous habitent.  Chacun de ses romans constitue, à ce titre, une pièce de plus du grand puzzle des cauchemars que l’humanité partage. “Cobayes” ne déroge pas à la longue tradition qu’a initié l’écrivain américain depuis des années avec  les “Prescriptions mortelles”,  Vengeance aveugle”, “Nano” ou encore “Assurance vie”. Cette fois il nous propose une nouvelle plongée pour le moins terrifiante dans le monde médical  dont il s’est fait une spécialité.  Si la fiction qu’il nous propose suscite chez le lecteur une angoisse inextinguible c’est bien parce que le scénario imaginé par Cook n’est peut être pas si utopique - ou plutôt dystopique - qu’on pourrait l’imaginer.

   Tout commence par une banale opération du genou qui tourne mal.  Carl était jeune, en pleine forme, il nourrissait certes une phobie vis à vis du monde médical mais il ne souffrait d’aucun problème particulier.  Lynn, la petite amie de Carl, ne se contentera pas des explications laconiques des médecins, elle veut comprendre comment l’inexplicable a pu survenir mais ne s’attend pas à ce qu’elle va découvrir.

   “Cobayes” est un roman d’autant plus inquiétant qu’il ne quitte jamais vraiment les rives du possible.  Le domaine médical constitue une toile de fond où les conflits d’intérêts, les manipulations et le profit se croisent dans le grand marécage de l’immoralité et du cynisme.  L’enquête de Lynn va révéler une réalité où la vie des patients vaut peut être moins que leurs morts.  Plus Lynn avance vers la vérité plus cette dernière devient terrifiante et insupportable…

   Reconnaissons à Robin Cook d’examiner,  à travers  la fiction, des scénarii qui n’ont finalement rien de totalement impossible. Raison pour laquelle on referme “Cobayes” pas vraiment rassuré…

Archibald PLOOM

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :