Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
PERE ET FILS de Cristina ALGER :

    Avec “Park Avenue“ Cristina Alger avait marqué les esprits avec un premier roman très réussi sur le milieu de la finance new-yorkaise. Elle avait déjà su peindre avec beaucoup de réalisme un milieu où les rapports humains se mesuraient en termes de profits, de prises de bénéfices et d’une bonne dose de cynisme.   “Père et fils” ouvre à Alger l'exploration d'une facette du roman quand il s’agit d’examiner les mouvements de la conscience humaine.  Cette fois l’écrivaine s’intéresse à des priorités qui concernent chacun d’entre nous.   Son personnage Charlie Goldwyn occupe un poste d’avocat dans un prestigieux cabinet à New-York.  Il travaille comme une brute depuis la mort de son épouse deux ans plus tôt.

  Goldwyn s’étourdit dans une activité, gagne très bien sa vie  mais oublie son jeune fils  Caleb qui a désormais cinq ans.  Pourtant un événement va faire basculer la vie du père et de son petit garçon quand à la suite d’un écart de Goldwyn ce dernier est licencié par le cabinet qui l’employait.  Désormais Charlie  va devenir ce qu’il n’a jamais vraiment été : un papa.  Cristina Alger  ne néglige rien  de la lumière et des zones d’ombre d’une vie.  Pour Goldwyn c’est une transformation complète de ses habitudes, de ses choix et de sa philosophie. Il ne s’agit pas d’une rédemption mais plutôt d’une prise de conscience face à l’inanité  de ce que fut son existence antérieure.

   “Père et fils” prolonge la réflexion qu’Alger avait débuté avec “Park Avenue“.  Ces deux romans interrogent en effet l’Amérique  des grands centre ville, celle des décideurs et des gagnants de la mondialisation. Pourtant derrière les réussites qui s’affichent il y a souvent une misère  existentielle qui ne dit pas son nom.  “Père et fils” suggère qu’une vie vaut certainement plus  qu’une série de zéros sur  un chèque.  Charlie Goldwyn va devenir à sa façon un héros en renonçant à ce qu’on présente comme l’idéal  de la réussite américaine; mais après tout être père n’a jamais été une question d’argent… 

Archibald PLOOM

CULTURE-CHRONIQUE.COM encourage ses lecteurs à se rendre en librairie  afin de soutenir le réseau des librairies françaises. Vous pouvez aussi cliquer sur le logo "Lalibrairie.com", votre commande sera alors envoyée chez le libraire de votre choix. Enfin, hormis "Amazon", la plupart des librairies en ligne que nous vous proposons sont aussi des librairies de centre-ville que nous vous encourageons à découvrir. La santé du livre dépend de la santé des librairies. 

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter        

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE 

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :