Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
AUX CONFINS DU MONDE de Karl OV KNAUSGAARD :

    “Aux confins du monde” est le quatrième tome d’une incroyable aventure autobiographique menée depuis plusieurs années par l’écrivain norvégien Karl Ove Knausgaard. Il s’agit d’une fresque littéraire où l’auteur ne se contente pas d’être son propre objet, puisqu’il se joue avec beaucoup de talent – d’aucuns diront de génie – avec les codes de l'autofiction et de l’autobiographie.  Dans les tomes précédents – La mort d’un père, Un homme amoureux, et Jeune homme - Ove Knausgaard avait peint avec un  réalisme et un sens très personnel de la narration ses années d’enfance et d’adolescence.  “Aux confins du monde” voit Karl quitter le lycée et donner un sens tout à fait particulier à son existence en devenant enseignant dans un petit village situé très au-delà du cercle polaire.  Il faut reconnaitre au jeune homme d’avoir de la suite dans les idées car ses objectifs sont très clairs :  il veut voyager et écrire.  Cet exil lui permettra de mettre un petit pécule de côté pour pouvoir rapidement débuter son aventure.  Mais commencer une carrière d’enseignant même dans une terre très retirée n’a rien de simple et même si les débuts littéraires du jeune homme sont prometteurs, sa consommation d’alcool va rapidement devenir inquiétante.

   Karl Ove Knausgaard, une fois de plus, parvient rapidement à embarquer le lecteur dans un récit où le présent d’un monde, qui  va bientôt être enveloppé de nuit, se conjugue avec  les souvenirs de son enfance et de son adolescence.  Les anecdotes qu’il rapporte sont savoureuses, on retiendra en particulier celle du beret rouge lors d’un concert des Simple Minds… L’écrivain rapporte les péripéties de sa vie amoureuse et ses tentatives désespérées pour perdre sa virginité avec un humour et un sens du détail auquel viennent, ici et là, s’ajouter les bribes d’une philosophie personnelle naissante.  La présence obsédante d’un père disparu et pourtant si présent dans la vie du jeune Karl passe  comme l’ombre du fantome d’Hamlet  sur les remparts du château d’Elseneur. Entre euphorie, espoir et confusion le post-ado va franchir les premiers écueils d’un carrière littéraire qui, à ce moment de sa vie, n’a encore rien d’évidente. 

    “Aux confins du monde” conserve la dynamique littéraire des précédents volumes et la créativité d’Ove Knausgaard ne se dément jamais. Aucun doute, il s’agit de l’une des fresques littéraires qui marquera ce début de millénaire. Le lecteur découvre avec délice la genèse d’une oeuvre dont beaucoup disent qu’elle pourrait bien valoir le prix Nobel de littérature à l’écrivain norvégien. 

Archibald PLOOM

CULTURE-CHRONIQUE.COM encourage ses lecteurs à se rendre en librairie  afin de soutenir le réseau des librairies françaises. Vous pouvez aussi cliquer sur le logo "Lalibrairie.com", votre commande sera alors envoyée chez le libraire de votre choix. Enfin, hormis "Amazon", la plupart des librairies en ligne que nous vous proposons sont aussi des librairies de centre-ville que nous vous encourageons à découvrir. La santé du livre dépend de la santé des librairies. 

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter        

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :