Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
MAUDIT PRINTEMPS d’Antonio MANZINI :

     Antonio Manzini est devenu en quelques années un phénomène éditorial en Italie avec plus d’un million d’exemplaires vendus de sa série mettant en scène le sous préfet Rocco Schiavone. Les deux précédents volumes, “Piste noire” et “Froid comme la mort”, ont installé l’écrivain italien parmi les poids lourds du roman noir de la péninsule.  Manzini a construit son style  autour de trois piliers : un flic au caractère hiératique, des dialogues vifs qui font rapidement avancer l’action,  un goût  indéniable pour l’analyse sociale ; trois piliers qui fournissent l’assurance d’un polar efficace et jubilatoire.

    “Maudit printemps” ajoute donc un troisième opus à la saga Schiavone. Où l’on retrouve avec plaisir le fulminant  sous prefet dans une affaire qui va rapidement  nous plonger au coeur  des turpitudes d’une riche famille  d’industriels du Val d’Aoste.  Pour ceux qui l’ignoreraient le Val d’Aoste est une petite province du nord-ouest de l’Italie jouissant d’un statut particulier au sein du pays.  Nous sommes en mai et pourtant il neige sur la région ce qui met Schiavone de fort mauvaise humeur.  La disparition de Chiara, étudiante brillante et héritière de la famille Berguet, parmi les industriels les plus riches de la vallée ne va pas tarder à mettre le sous préfet sur la brêche.

   La disparition n’est pas signalée par la famille Berguet mais par sa meilleure amie qui s’inquiète de son silence.  Schiavone flaire la sale affaire et le moins qu’on puisse dire c’est qu’il ne se trompe pas.  Entre coup de sonde sociologique mettant en exergue les tares de la grande bourgeoisie locale et course contre la mort pour le moins palpitante, Manzini porte  sa narration au niveau maximum d’ébullition.  Ce “Maudit printemps” annonce vraiment un sale temps pour Rocco Schiavone mais son  caractère bien trempé aura une fois de plus raison de l’adversité. C’est tout ce qu’on aime chez lui…  A lire rapidement et pas seulement au printemps ! 

Archibald PLOOM

CULTURE-CHRONIQUE.COM encourage ses lecteurs à se rendre en librairie  afin de soutenir le réseau des librairies françaises. Vous pouvez aussi cliquer sur le logo "Lalibrairie.com", votre commande sera alors envoyée chez le libraire de votre choix. Enfin, hormis "Amazon", la plupart des librairies en ligne que nous vous proposons sont aussi des librairies de centre-ville que nous vous encourageons à découvrir. La santé du livre dépend de la santé des librairies. 

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter        

 

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE

 

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :