Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
LE DIABLE N’EST PAS MORT À DACHAU de Maurice GOUIRAN :

Le Gouiran nouveau est arrivé! C’est toujours avec grand plaisir que les lecteurs de cet auteur aussi prolixe qu’inventif  découvrent son dernier petit noir.  On se souvient de titres emblématiques comme “Putain de pauvres!”,  Sous les pavés, la rage”, “Maudits soient les artistes” qui ont fait  la réputation de l’écrivain.  L’une des particularités de Gouiran tient à sa passion pour l’histoire, chacun de ses vingt six romans nous propose une plongée au coeur d’un passé souvent trouble.  C’est de nouveau le cas avec “Le diable n’est pas mort à Dachau”qui voit Henri Majencoules, un jeune mathématicien qui travaille en Californie sur le projet Arpanet – acronyme de “Advanced Research Projects Agency Network » qui correspondait dans les années 1960 aux balbutiements d’Internet  - rentre dans son village natal Agnost-d’en-haut en 1967. Agnost est un bourg montagnard  du sud de la France très loin d’une Californie  innovante du mouvement hippie, de la musique psychédélique, et de la créativité scientifique. Majencoules y revient à contre cœur  pour assister aux obsèques de la mère, en présence d’un père taiseux et mutique. 

  Un événement va cependant  bouleverser  la vie du petit village car la veille de l’arrivée d’Henri les Stokton, un couple d’Américains et leur petite fille, installés à Agnost d’en haut depuis quelques mois, sont retrouvés massacrés dans leur maison. Henri va alors aider son ami journaliste Antoine Camarro, chargé de suivre le déroulement de l’affaire pour  le journal « France Soir », à mener son enquête parallèlement avec celle de la police. L’affaire va rapidement  prendre  un cours surprenant avec des ramifications étranges  qui relient l’horreur des camps de la mort, les expérimentations médicales sur des déportés, la guerre froide qui justifia la récupération des savants Allemands par l’US Army et l’OSS qui deviendra plus tard la CIA.  Gouiran nous propose de nouveau un polar  hyper documenté, rythmé et efficace qui s’offre même un petit détour par l’affaire du pain maudit de Pont Saint Esprit  qui défraya la chronique au début des années 1950.  La méthode fonctionne encore à plein avec Le diable n’est pas mort à Dachau” qui révèle les turpitudes de certains états dans les années qui suivirent la seconde guerre mondiale.

Archibald PLOOM

CULTURE-CHRONIQUE.COM encourage ses lecteurs à se rendre en librairie  afin de soutenir le réseau des librairies françaises. Vous pouvez aussi cliquer sur le logo "Lalibrairie.com", votre commande sera alors envoyée chez le libraire de votre choix. Enfin, hormis "Amazon", la plupart des librairies en ligne que nous vous proposons sont aussi des librairies de centre-ville que nous vous encourageons à découvrir. La santé du livre dépend de la santé des librairies. 

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter        

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE 

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :