Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
INTUITIONS de Dominique DYENS :

Quelle famille n’a eu ses secrets au fil des générations ? Ses tranches de vies cachées, soigneusement enfermées sous-couvert de protection ? Quel adolescent n’a eu un jour le sentiment de n’être pas l’enfant de ses parents ? Faut-il ouvrir les blessures, dire la vérité à tout prix ? Sauver les apparences est la règle à appliquer, bien ancrée dans nos cultures. Avons-nous tort ou raison ? Nous le savons, il est des vérités qu’il vaut mieux garder pour soi, d’autres qu’il est préférable d’aborder naturellement. Alors, dévoiler pour qui, pour quoi… Là est la juste question…

 

5 juillet 2008, Grégoire, vingt-deux ans, étudiant à New York, se réveille dans un lit d’hôpital, amnésique de l’événement qui l’y a précipité. Au même instant, à Bois-Joli, charmante commune résidentielle des Yvelines, Nathalie, sa mère, est tirée du sommeil par un profond malaise. Elle se lève avec une forte pensée pour son fils et se connecte sur internet en quête de ses nouvelles. C’est à l’hôpital que Grégoire rencontre Gala et l’amour. Malgré quelques alertes face à des comportements étranges de Gala, Grégoire choisit de taire ses intuitions. Ainsi, par un banal SMS, il prévient ses parents et sa sœur de son prochain retour en France en compagnie de sa future épouse, loin de se douter que son annonce va provoquer un énorme bouleversement parmi les siens.

La famille Royer est une famille comme il en existe beaucoup. La cinquantaine, mariés, deux enfants, propriétaires d’une maison et bénéficiant d’une appréciable liberté professionnelle, on peut dire que Nathalie et Patrice représentent un beau modèle de réussite sociale. Cependant, sous une entente apparente, Nathalie et Patrice cachent un drame qui a eu raison de leur couple. Leur vie commune est depuis dix-neuf ans rythmée par les offices religieux, les œuvres charitables et les repas à heures fixes devant les journaux télévisés. Ils ne communiquent plus et se sont perdus au fil du temps, indifférents au désarroi de leur fille Amélie, seize ans, qui tente d’attirer leur attention. Le destin a voulu que les familles réciproques de Grégoire et Gala vivent non loin l’une de l’autre et l’arrivée de Gala va réveiller les vieux démons enfouis dans les esprits de chacun. Nathalie veut sauver son fils d’un danger inconnu et pressenti d’elle seule. Forte de son intuition, et bien que déjà fragilisée psychologiquement, elle va se déchaîner et tout mettre en œuvre pour connaître la vérité, quitte à prendre le risque de se perdre. Elle va s’employer à fouiller dans la vie et les souvenirs de sa future belle-fille. Ce qui n’aura d’autre effet que de faire resurgir le souvenir de leur propre drame personnel.

Nombreux sont ceux d’entre nous qui sont sujets aux intuitions. Intuitions de danger, intuitions de mensonge, bonnes ou mauvaises,  devons de les taire ou les révéler ? Nathalie ne se pose pas la question. Aveuglément, elle interprète les éléments accumulés et fonce avec le désir ardent de ne pas perdre son enfant.

Dominique Dyens aborde le thème du secret avec justesse. Justesse des propos, justesse des émotions, elle nous entraîne à travers les angoisses d’une mère instable, d’un père qui s’éloigne dans un souci d’autoprotection et de leurs deux enfants, désorientés, juges de l’incompréhensible comportement parental. L’auteur ne nous laisse pas de répit. Les événements vont s’enchaîner, se précipiter et nous tenir haletant  jusqu’au dernier mot. Tout va très vite et j’ai eu grand plaisir à lire d’une traite ce roman, mon attention ne supportant pas d’être distraite et n’ayant de cesse de découvrir ce surprenant drame familial. 

MARIE  BRETIGNY (2011)

 

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :