Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
ENCORE VIVANT de Pierre SOUCHON :

Voilà une histoire dans laquelle on tombe à pieds joints. L’auteur à une écriture « à l’arrache » qui interpelle.

Le personnage principal s’appelle Pierre et il est malade. Il a été diagnostiqué bipolaire en 2003, vers l’âge de 20 ans et son médecin lui a prescrit des régulateurs d’humeur à vie. Ses médicaments sont comme une fenêtre qui s’ouvre vers l’extérieur, ils lui permettent de mener une existence normale.

Pierre réussit brillamment des études de journalisme. Il a un travail fiable et il se marie.

Au début du roman, sa maladie a fait un retour en force, quelque chose de carabiné. Son psychiatre a recommandé l’arrêt du traitement car son état s’est stabilisé. Pierre est consentant. Il ne se sent plus malade.

Trois jours plus tard, il est jeté à la porte de son journal, il a failli tuer son patron. Il disparait de tous les radars et erre durant un mois. Il vit avec des SDF et il se laisse porter par le courant.

Une nuit, Pierre est pourchassé par une multitude d’agresseurs invisibles et il court, à moitié nu, dans Montpelier. Il fonce vers la place Jean Jaures et s’accroche à la statue du grand homme. Les forces de l’ordre l'évacuent au petit matin et il est interné à l’hôpital psychiatrique. Pierre a gardé un très mauvais souvenir de son premier séjour. Son esprit le ramène en 2003 et c’est intolérable. Il n’accepte pas son hospitalisation.

L’auteur nous explique comment son narrateur voit la vie à travers la maladie. Il y a des flash back permanents mais on ne s’égare pas. Pierre est le noyau central, l’histoire nous ramène toujours à lui.

C’est un homme intelligent et cultivé, il a du tempérament et il est attachant. Il met des mots sur sa folie et sur ce qu’il ressent. Et la folie, quand c’est raconté par quelqu’un d’intelligent, c’est toujours intéressant.

L’auteur décrit le fossé qui se creuse entre ceux qui ont la tête bien vissée et ceux chez qui la tête déboulonne. Le malade est comme entouré de grésillements. Son comportement inadapté est souvent perçu comme une agression.

Pierre est ardéchois. La terre de ses ancêtres circule dans ses veines. Le lien qui le relie à ses parents est indestructible et son père le soutient systématiquement. La relation entre le père et le fils est très belle et il y a de magnifiques passages sur la nature.

Le narrateur est engagé à l’extrême. C’est peut-être le seul aspect qui pourrait fatiguer le lecteur.

Je dis « Bravo ! Monsieur Souchon » J’ai beaucoup apprécié votre roman, vos personnages et votre écriture.

Annick FERRANT

CULTURE-CHRONIQUE.COM encourage ses lecteurs à se rendre en librairie  afin de soutenir le réseau des librairies françaises. Vous pouvez aussi cliquer sur le logo "Lalibrairie.com", votre commande sera alors envoyée chez le libraire de votre choix. Enfin, hormis "Amazon", la plupart des librairies en ligne que nous vous proposons sont aussi des librairies de centre-ville que nous vous encourageons à découvrir. La santé du livre dépend de la santé des librairies. 

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter        

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE 

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :