Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
LA PREMIERE FOIS QUE J'AI ETE DEUX d'Archibald PLOOM :

  C'est une fille d'Avril,
Pauvre de moi,
Une fille difficile
Elle ne veut pas,
Découvrir d'un fil,
Tout ce qu'elle a,
Ni son cœur, ni corps, c'est comme ça......

(Une fille d'Avril, L.Voulzy)


Elle c'est Karen.
Et comme le chante si bien Voulzy, je suis certaine que c'est une divine fille d'Avril...
Fille unique, elle habite la banlieue parisienne dans un ancien presbytère tout rempli d'étagères et de beaux livres.
Brillante lycéenne et non moins excellente musicienne, elle a grandi auprès d'une mère bibliothécaire dépressive, accro aux médoc, mais malgré tout programmée avec l'idée ferme d'initier sa fille à l'art et la littérature, afin que Karen ne suive pas, comme elle se plaît à le répéter, le même chemin de vie raté et chaotique qu'elle.

Douée, cultivée, réfléchie, tolérante, lucide et faisant preuve d'une belle sagesse, Karen partage son temps entre son lycée, les livres, la musique qu'elle affectionne plus que tout et son amie Mélanie, qui se révèle être son exact opposé.

Mélanie c'est «l'Ado-Conso»(mation) dans toute sa splendeur ; elle goûte à tout, un peu, beaucoup, à la folie mais sans passion véritable.
Rigolote, audacieuse et souvent cash, elle se sert des mecs comme des Kleenex. Elle prend, consomme puis jette. Pas d'attaches, pas de sentiments, juste l'instant, tout le temps... et malgré tout rarement intensément.

Karen, elle, est a des années lumière de tout ça. Elle fuit comme la peste la gent masculine aux neurones sans saveur ni odeur. Alcool, shit, Rap et Techno sont tout autant rédhibitoires pour elle.
Extrêmement lucide, elle fait preuve d'un recul et d'un regard sur la vie tels qu'elle donne l'impression de ne pas appartenir à sa génération.
Du haut de ses 17 printemps, elle ne veut ni ne peut se contenter du physique, il lui faut la profondeur.
En quête du véritable idéal, elle cherche l'âme capable de la chambouler émotionnellement.
Ce qui rend le choix beaucoup plus que restreint parce qu'évidement les candidats potentiels ne se bousculent pas au portillon.

Lui c'est Tom, il est anglais, parle merveilleusement bien le français et vit à Londres entouré de ses parents et de grands parents attachants qu'il affectionne particulièrement.
Alors que son père vient de mourir, sa mère, française, fait le choix de quitter Londres pour retourner vivre dans la région de son enfance.
A la fois mystérieux et réservé, intelligent, galant et charmant, mais aussi musicien au look singulier et assumé, Tom ne passe pas inaperçu et sème un délicieux trouble autour de lui. Il débarque un matin dans le même lycée et la même classe que Karen, campé sur un magnifique scooter des années passées qui en fera baver plus d'un.

Les jours passent, et on va dire que le courant aussi...passe entre Karen et Tom.

Leur intense passion pour la musique et des goûts musicaux communs vont inévitablement les rapprocher et doucement ils vont s'apprivoiser. Ils vont goûter et s'essayer, non sans heurts et de façon singulière, à ce doux sentiment qu'est l'Amour.

Archibald Ploom se glisse avec délice dans la peau de Karen, une ado attachante et désarmante de maturité.
Il nous fait plonger dans l'univers de son héroïne en nous faisant partager son état émotionnel avec comme fil conducteur le premier Amour, celui qui ponctue la fin de l'enfance et l’arrivée dans le monde adulte.


   Marquée par une enfance sans papa et avec comme repères une maman qui n'avait pas choisi de l'être et qui ne s'en est d'ailleurs jamais vraiment remise, Karen apparaît comme une jeune fille désenchantée, à l'éducation affective profondément troublée.
En apparence armée et forte, posée, avec des idées bien arrêtées sur sa vie amoureuse, elle se révèle vulnérable et se pose constamment mille questions sur l'Amour et les sentiments et éprouve des difficultés à se laisser aller à la passion, l'âme constellée de doutes et d'incertitudes émotionnelles.

Serti d'une plume lumineuse, aiguisée, très visuelle, élégante et pleine d'esprit, l'auteur nous transporte dans le train de la vie et nous fait voyager avec profondeur, émotion, éloquence, poésie et musicalité.
Il nous fait partager les premiers émois amoureux de deux adolescents, au fond déjà tellement « grands », touchants et passionnants, le tout soigneusement incrusté d'un pan important et traumatisant de l'histoire « Euro-paix-haine » qui a anéanti et infiniment marqué tant de familles.

Une très belle découverte littéraire. Merci.

Ps : Mention spéciale pour la première de couverture teenager, séduisante et délicieusement subjective.

 

Lis ZABELLE

 

CULTURE-CHRONIQUE.COM encourage ses lecteurs à se rendre en librairie  afin de soutenir le réseau des librairies françaises. Vous pouvez aussi cliquer sur le logo "Lalibrairie.com", votre commande sera alors envoyée chez le libraire de votre choix. Enfin, hormis "Amazon", la plupart des librairies en ligne que nous vous proposons sont aussi des librairies de centre-ville que nous vous encourageons à découvrir. La santé du livre dépend de la santé des librairies. 

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter        

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE  



Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :