Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
DANSER AU BORD DE L'ABÎME de Grégoire DELACOURT :

Vouloir vivre encore plus fort....

Emmanuelle (que tout le monde appelle Emma) a 40 ans. Elle est mariée à Olivier, concessionnaire chez BMW, et mère de trois enfants, Manon, Louis & Léa. Elle mène une vie de famille heureuse qu'elle a patiemment construite. Elle travaille dans une boutique de vêtements pour enfants et déjeune chaque jour, seule, dans une brasserie proche de son lieu de travail.

 

Un jour, elle voit un homme assis à une autre table et elle le regarde puis leurs regards se croisent et là....elle sait. Elle est victime instantanément d'un puissant désir et envahie par une profonde envie d'être réveillée, réinventée.

 

Un long et délicieux jeu de séduction se met en place et une attirance réciproque intense et sensuelle éclot à la manière d’un irrépressible ravissement où se mêlent exaltation et éveil à la liberté.

 

Consumés de plaisir, de désir, ces deux cœurs qui tremblent devant l’immensité d’un sentiment font le choix irrévocable de tout quitter pour enfiévrer cet éblouissement qui les étreint.

 

Emma décide d'aller au bout de cette envie d'absolu, de ce vertige qui a envahi son cœur et son âme.

 

Sauf que le destin en a décidé autrement et que rien ne va se passer comme ils en rêvaient tant.

C'est le séisme et tout bascule.

 

Entre ode à la liberté et recherche du chemin du plaisir, du vertige avec un grand V, l’auteur se glisse avec virtuosité dans la peau d’Emma et nous fait voyager avec passion, force et profondeur. Les phrases claquent et nous conduisent vers le poids de la fatalité sur l’existence et les destinées.

L'histoire oscille entre incompréhensions, explications, pardon et réconciliations. De précieux moments de vie et de partages.

 

En parallèle, Grégoire Delacourt a l'ingénieuse idée de nous soumettre en fil rouge conducteur la nouvelle dramatique d’Alphonse Daudet, intitulée « La chèvre de M. Seguin » . Nouvelle qui transmet les valeurs de la liberté et qui dépeint comme métaphore l’intense projection du désir féminin.

 

Les mots exhalent et saisissent. C'est éclatant et plein de grâce. L’auteur nous soumet une présentation des chapitres singulière, numérotée et aérée qui rend la lecture en plus agréable.

 

L’écriture est musicale, poétique, séduisante, caressante, éclairante, intensément sensuelle mais aussi troublante, bouleversante et crispante par moments.

J’ai l’intime conviction qu’une part de réel lie cette histoire à l’auteur. C'est beaucoup trop troublant pour en être autrement.

 

Lis ZABELLE

 

CULTURE-CHRONIQUE.COM encourage ses lecteurs à se rendre en librairie  afin de soutenir le réseau des librairies françaises. Vous pouvez aussi cliquer sur le logo "Lalibrairie.com", votre commande sera alors envoyée chez le libraire de votre choix. Enfin, hormis "Amazon", la plupart des librairies en ligne que nous vous proposons sont aussi des librairies de centre-ville que nous vous encourageons à découvrir. La santé du livre dépend de la santé des librairies. 

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter        

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE   

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :