Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
QU’IMPORTE LE CHEMIN de Martine MAGNIN :

Vous aimez les histoires qui pincent ? Celles qui pincent l’estomac puis le cœur ? Celles qui donnent l’impression de frôler l’auteur, comme si les pages renfermaient un peu de sa chair, « Qu’importe le chemin » est de ce type-là.

Martine est divorcée. Elle a deux enfants ; Alex, huit ans et Lola, deux ans et demi. Un matin, Alex fait une crise d’épilepsie, la première d’une longue série. Une crise violente et déroutante. La terre s’effondre selon les mots de Martine Magnin. L’enfance et son insouciance s’envole du petit garçon et plus rien ne sera pareil, jamais, car Alex est incurable.

Commence alors la ronde infernale et incessante des soins. Alex est résistant aux traitements. Il ne peut plus vivre comme un enfant normal et il le vit très mal.

Martine Magnin choisit soigneusement ses mots pour décrire le début de cette descente infernale, comme si elle cherchait à préserver le lecteur de ce qui va suivre, mais cela ne fonctionne pas. On pressent le drame. Les scénarios se bousculent dans notre tête et notre estomac se crispe instinctivement.

A l’adolescence, Alex bascule. Il refuse toute médication et convole vers d’autres produits. La porte de l’enfer s’ouvre, et ces parents aimants y entrent contre leur gré. Martine et Paul son ex-mari vont relever Alex sans faillir, durant des années. Le défit ? Empêcher leur fils d’atteindre le point de non retour, ce point d’où les toxicomanes ne reviennent pas vivants.

« Qu’importe le chemin » n’est pas un texte sombre et c’est là son intérêt majeur. L’auteur pose des touches d’optimisme dans chaque ligne et les phrases semblent patinées tellement elles sont belles.

Toutes les mères auraient eu le droit d’être submergée. Toutes ! Mais pas Martine.

Elle se découvre psychologue dans l’âme et fine analyste, puis l’amour qu’elle porte à ses enfants est indestructible, alors elle fait face.

L’agressivité, les demandes d’argent répétées, les promesses non tenues ; elle fait face. Les cures avortées, les mensonges, les disparitions d’Alex, des jours, des mois ; elle fait face.

Et la vie doit suivre son cours. Lola à élever, la boutique atelier à développer, cette boutique que Martine a créée avec Coline et Eve, ses deux amies précieuses. Le travail comme moteur de survie, le travail indispensable à l’épanouissement.

« Qu’importe le chemin » est un récit mais on devine la romancière en sommeil. Ce texte est généreux, juste et profond. Aucune mièvrerie. Pas de griefs, pas de jugement, pas regrets, pas de lamentation.

Chapeau madame ! J’ai admiré votre force et votre amour inépuisable.

Annick FERRANT

CULTURE-CHRONIQUE.COM encourage ses lecteurs à se rendre en librairie  afin de soutenir le réseau des librairies françaises. Vous pouvez aussi cliquer sur le logo "Lalibrairie.com", votre commande sera alors envoyée chez le libraire de votre choix. Enfin, hormis "Amazon", la plupart des librairies en ligne que nous vous proposons sont aussi des librairies de centre-ville que nous vous encourageons à découvrir. La santé du livre dépend de la santé des librairies. 

 

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter         

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE  

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :