Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
DAY NUMBER 54 :

13 octobre 2017 - 13 octobre 1932 

«Il nous faut expédier 6000 exemplaires de Family History de Vita Sackville-West. Nous avons trouvé, cachée dans un tiroir, une grosse liasse de commandes.» Votre aide à l’édition, monsieur Belcher, est souffrant et vous vous rendez compte des demandes laissées en attente pour la Hogarth Press. Il a peut-être succombé, tout comme moi, à la sciatique, à force de porter ces piles d’ouvrages. C’est incroyable ce nombre d’exemplaires vendus. Plus d’un éditeur aujourd’hui, sauterait de joie d’atteindre ces tirages pour des textes aussi exigeants. Qu’y a-t-il de changé entre nos deux époques ? Moins de grands lecteurs, plus d’éditeurs, de plus en plus de publications qui finissent par brouiller les pistes ou des médias qui ne favorisent que les auteurs dont on parle déjà ?

Je reste persuadée que la diversité des éditeurs et la subjectivité de leurs choix restent des atouts majeurs pour la vivacité de la création littéraire mais cela produit une perte de visibilité. Il faut être un lecteur curieux et audacieux de nos jours pour acheter un livre qui n’est pas sur le devant de la scène. Les libraires font comme ils peuvent mais la rotation des nouveautés transforme vite l’œuvre parue en produit obsolescent à glisser sous la table. L’art du réseau devient une nouvelle porte de sortie que certains activent tant bien que mal. C’est d’ailleurs parfois très sympathique de reproduire en ligne un cercle de lecteurs. Vous découvrez des êtres qui vivent avec leur bibliothèque et j’avoue qu’en ce 13 octobre, date à laquelle sort votre livre Le Commun des Lecteurs, je pourrais reprendre, en leur honneur, les phrases que vous écrivez : « Le commun des lecteurs se distingue des critiques et des érudits(…). Celui-ci lit pour son propre plaisir plutôt que pour transmettre des connaissances ou corriger l’opinion des autres(…) Il ne cesse jamais, en lisant, de se bricoler une structure bancale et incertaine qui lui donnera la satisfaction temporaire de ressembler à l’objet réel pour recevoir l’affection, le rire ou le désaccord. (…)S’emparant d’un poème comme il le ferait d’un vieux meuble, sans se soucier de sa provenance ou de sa nature, du moment qu’il lui sert à quelque chose et parachève sa structure.» Vous avez raison, chère Virginia, il y a de la dignité à lire. Cette activité prend beaucoup de temps et sans rien  apporter financièrement. Dans un monde où l’on nous fait croire que la valeur marchande est la seule qui vaille, être un lecteur devient un statut remarquable. Alors, je me réjouis des partages d’inconnus qui postent sur le net des enthousiasmes, des découvertes, qui visitent librairies et bibliothèques et se laissent porter par leur seule quête du moment, sans trop se faire happer par les sirènes médiatiques, qui osent, hors des sentiers battus, tourner les pages avec élan et éveil, se poser en compagnie des mots d’un inconnu qui soudain leur parle. Souvent, ils ne sauraient pas dire pourquoi mais ils témoignent de la rencontre. Parfois même, cela produit par ricochet un autre anonyme lecteur, le plus souvent une anonyme lectrice. Ne nous y trompons pas les statistiques sont claires, le féminin l’emporte sur le masculin ! Cette anonyme donc persuade à son tour une amie virtuelle d’entrer dans un univers et fait mouche. De rebonds en rebonds, il arrive que, pour un temps, le nombre d’exemplaires vendus augmente. Cela m’amusait de vous signifier ce phénomène. La liste est longue des Archibald, Bernard, Vincent, Claude, Clodine, Frédérique, Catherine, Hélène, Anne, Sabine, Magdalena, Pascale, Françoise… qui forment cette communauté d’amis lecteurs facebookiens, qui grappille çà et là et essaime ses trouvailles. Finalement, c’est une façon de poursuivre votre sillon et même si les petits éditeurs n’atteignent que rarement les tirages de la Hogarth Press, ils peuvent se dire que le commun d’entre nous n’est pas loin. Il suffit parfois d’un clic !

Marcelline ROUX  

CULTURE-CHRONIQUE.COM encourage ses lecteurs à se rendre en librairie  afin de soutenir le réseau des librairies françaises. Vous pouvez aussi cliquer sur le logo "Lalibrairie.com", votre commande sera alors envoyée chez le libraire de votre choix. Enfin, hormis "Amazon", la plupart des librairies en ligne que nous vous proposons sont aussi des librairies de centre-ville que nous vous encourageons à découvrir. La santé du livre dépend de la santé des librairies. 

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter       

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE     

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :