Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
DERNIER AVIS AVANT DEMOLITION de Fabien MARECHAL :

"Dernier avis avant démolition" Quel titre bien étrange! Démolition, c'est d'ailleurs la première nouvelle de ce recueil original proposé par Fabien Maréchal. La conviction de l'homme est à l'honneur mais aussi les ravages qu'elle peut causer quand elle devient obstination. Ce peut être touchant de croiser un être humain qui défend coûte que coûte ses opinions. La persévérance, la ténacité sont des qualités reconnues mais à quel moment basculent t-elles dans l'entêtement, l'opiniâtreté pour finalement devenir toxiques? Le pauvre protagoniste jusqu'au boutiste de la première nouvelle va en subir les douloureuses conséquences. Accroché désespérément à ses certitudes, il fera de sa vie un énorme gâchis. Mais est il condamnable pour autant? Croire en un monde meilleur et le vouloir pour soi et les siens, lutter et œuvrer pour  changer le décor des plus pauvres, est ce vraiment une faute? Au plus une utopie aux séquelles incurables. Vivre pour ses convictions sans jamais perdre son âme, tel pourrait être le credo de tous ces hommes et femmes éblouissants de sincérité et dotés d'une énergie infaillible pour tenter parfois désespérément de faire passer leur message. Têtus, bornés, obscurantistes, les adjectifs ne manquent pas pour qualifier ceux qui s'enferment obstinément dans une idéologie sans jamais dévier de leur trajectoire. La première nouvelle est tellement prenante, touchante, qu'elle en ferait presque oublier les suivantes et l'on comprend alors comment l'homme peut réussir à s'annihiler au profit d'un idéal . Accepter que l'autre ne partage pas les mêmes idées, en débattre, tolérer, n'est ce pas  une bien jolie façon de se construire pour éviter de se démolir? 

"Dernier avis avant démolition" ne peut pas laisser les lecteurs indifférents et même si les situations sont parfois volontairement forcées ou exagérées,  elles interrogent  obligatoirement.  

Partager cette chronique:
Littérature
Rechercher par Auteur :