Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
LE PLANCHER DE JOACHIM de Jacques-Olivier BOUDON :

    En histoire les traces des gens du peuple sont rares, c’est la raison pour laquelle il ne faut jamais les négliger.  L’historien Jacques-Olivier Boudon va profiter d’un incroyable concours de circonstances lors d’une visite au château de Picomtal dans les Hautes-Alpes pour faire revivre toute une période de l’histoire de France  dans un petit coin de notre pays.   L’historien qui se rendait dans la région profite d’une chambre d’hôte dans le château  et il apprend en discutant avec les propriétaires qu’ils ont découvert quelques années plus tôt, alors qu’ils rénovaient le parquet de l’édifice, sous les planches qu’ils changeaient, des petits textes écrits au crayon noir.  Ils sont l’oeuvre du menuisier qui travailla à la réfection du parquet dans les années 1880. Ce dernier se nommait Joachim Martin et il écrivit prophétiquement “Heureux mortel. Quand tu me liras, je ne serai plus.”

   Immédiatement Jacques-Olivier Boudon perçoit le caractère exceptionnel du matériau historique que représentent ces centaines de planches de parquets calligraphiées.  Il obtient de pouvoir les étudier. L’aventure commence alors. Il faudra d’abord identifier le menuisier et ceux dont il parle, il faudra aussi tenter de comprendre dans quel ordre il a écrit les phrases qu’il a laissées, se plonger enfin dans l’âme de cet homme pour comprendre la nature du message qu’il a voulu nous transmettre.

    L’ouvrage dévoile donc un extraordinaire message d’outre-tombe qui fait revivre une société villageoise confrontée au progrès économique matérialisé par l’arrivée du chemin de fer, mais aussi à l’avènement de la République.  Au delà de la grande histoire qui suit son cours c’est sans doute quand Joachim évoque les secrets des uns et des autres, quand il aborde la question de la sexualité, qu’il s’avère un témoin passionnant des moeurs souvent cachées de son temps. 

    Le travail de Jacques-Olivier Boudon qui devient à la fois l’interprète et le conteur d’un récit qui fait surgir une époque  à la fois si proche et si lointaine.  On saluera la pratique de l’historien qui devra chercher dans les archives les documents qui éclaireront les propos d’un citoyen français aussi ordinaire qu’hors norme par sa pratique du journal intime sur planches de parquet. Vraiment un très beau livre d’histoire.

Hugues DE SINGLY 

CULTURE-CHRONIQUE.COM encourage ses lecteurs à se rendre en librairie  afin de soutenir le réseau des librairies françaises. Vous pouvez aussi cliquer sur le logo "Lalibrairie.com", votre commande sera alors envoyée chez le libraire de votre choix. Enfin, hormis "Amazon", la plupart des librairies en ligne que nous vous proposons sont aussi des librairies de centre-ville que nous vous encourageons à découvrir. La santé du livre dépend de la santé des librairies. 

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :